MILENA JELIAZKOVA & L’IMMOBILE VOYAGE

✦ Milena JELIAZKOVA – Shadi FATHI – Isabelle COURROY ✦
// PROJET EN CREATION //

En résidence : du 22 au 28 juin 2019 au Château de Vins-sur-Caramy (83)

En concert en 2019 : le 27 juin à 20h30 – Château de Vins-sur-Caramy (83), le 28 juin à 19h – Cour de Clastre, Aubagne (13)

PROPOS ARTISTIQUE

L’immobile voyage…

De quel voyage, mot ou verbe, l’oxymore parle-t-il ? S’agit il de l’immobilité d’un voyage ou d’une immobilité qui serait elle-même en train de voyager? Il y a plus de vingt ans, Isabelle Courroy entamait dans les Balkans un périple à la recherche des modes de jeu des kavals, ces flûtes au nom turc jouées de l’Europe Orientale a l’Anatolie. Sa rencontre avec Shadi Fathi, persane, a provoqué la naissance du projet L’Immobile voyage. Milena Jeliazkova, chanteuse bulgare arméno-macédonienne, se joint au duo instrumental pour y apporter par sa voix les chants de ses origines affirmées. Intimité et altérite déclinent toutes leurs subtiles puissances dans l’inouï de cette rencontre féminine. Milena Jeliazkova, Shadi Fathi et Isabelle Courroy sont chacune porteuse d’un répertoire instrumental et mélodique ancestral. Semblant tout droit sortis des miniatures persanes, les sons de la setar, du zarb ou du daf rejoignent le souffle onirique des flûtes des bergers de Thrace et d’Anatolie, le tout magnifié plus encore par la voix traditionnelle. Le répertoire de l’ensemble Milena Jeliazkova & l’immobile voyage se plaît a circuler librement entre tradition et création, improvisation et écriture.

> DOSSIER DE PRESSE

CONTACT

Margaret PIU-DECHENAUX /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

margaret.dechenaux@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73 / +33 (0)6 50 72 45 34 www.iimm.fr

CHANT DE L’AURÈS

✦ Houria AÏCHI ✦

PROPOS ARTISTIQUE

Le répertoire poétique chanté dont s’inspire Houria Aïchi est considérable. Elle tient ces textes, chantés soit en arabe soit en berbère, de sa grand-mère et de sa mère. S’ils sont transmis de génération en génération, l’improvisation n’y est pas absente. Ces poèmes, abordant une diversité de thèmes (les fiers chevaliers, l’amour, la courtoisie, la séparation), peuvent être classés en trois catégories :

– Les chants d’amour, conçus tantôt comme une confession, tantôt comme une plainte. Au prélude de la flûte succède la douleur du poète évoquant les tourments d’une passion non partagée ou la beauté de la femme aimée;

–  La qasida, chant d’inspiration religieuse. Les vers sont chantés a cappella; c’est le dhikr, sorte de psalmodie litanique souvent utilisée dans les confréries soufies;

– Les mélodies à danser ou rahabiya. L’abendaïr, instrument de base suivant un rythme qui ne cesse de croître, endiable la danse.

Crédit Photo : Günter Vicente.

BIOGRAPHIES

Houria AÏCHI :
C’est dans la cour de sa maison natale à Batna, qu’Houria AÏCHI est née au chant. Dans les montagnes berbères, aux portes du Sahara, les femmes se réunissent souvent pour des chants collectifs, et Houria enfant, court de maison en maison se joindre à elles.
Elève brillante, encouragée par ses parents, Houria AÏCHI a suivi des études secondaires à Constantine, fréquenté l’université d’Alger et a achevé sa formation universitaire de sociologie à la Sorbonne à Paris.
Elle n’a jamais cessé de chanter durant toutes ses études pour son propre plaisir et pour le plaisir de ses amis, jusqu’à sa rencontre avec des professionnels de la scène qui l’ont prise sous leur aile.
Houria a entrepris depuis, un travail de collectage de poésies populaires chantées de l’Aurès qu’elle interprète dans le monde entier.
Les deux artistes se sont rencontrés à Paris et portent haut les couleurs du Chant berbère de l’Aurès.

Saïd NISSIA :
Travailleur immigré depuis 1958, Saïd Nissia n’a rien perdu des secrets des flûtes qu’il utilisait lorsqu’il était berger dans sa Kabylie natale.
Il a appris grâce à son talent et à sa sensibilité à jouer de toutes les flûtes arabo-berbères ( gasba, jawaq, nay …).

> EXTRAIT VIDÉO

> FICHE TECHNIQUE

CONTACT

Margaret PIU-DECHENAUX /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

margaret.dechenaux@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73 / +33 (0)6 50 72 45 34 www.iimm.fr

Artiste « Accords croisés « 

 

JOHANNI CURTET

Objectif

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une seule voix ? Un khöömiich (diphoneur ou diphoneuse mongol(e)) peut, à lui ou elle seul(e), émettre un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques entourée de diverses résonances. Cette acrobatie de la voix semble virtuose, mais elle est accessible à tous si on nous en donne les clés. N’importe qui peut être initié au chant diphonique (khöömii).

Contenu général

  • Éléments théoriques propres à sa démarche ethnomusicologique (avec enregistrements et images à l’appui)
  • Exercices de musculation des lèvres, de la langue
  • Gestion particulière du souffle
  • Contrôle du son avec et sans diphonie
  • Enrichissement du timbre vocal, recherche d’un timbre guttural
  • Travail de l’écoute et de la pensée musicale dans une perspective mongole.

Avec cette méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de développer l’art du khöömii sérieusement, en restant au plus près de la pratique traditionnelle et de la réalité mongole.

Conditions de participation

  • Tous publics, aucun pré requis de base (à partir de 18 ans).

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

Johanni Curtet est musicien, ethnomusicologue, pédagogue du chant diphonique et producteur. Formé d’abord par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui vient de D. Tserendavaa dans les steppes de l’Altaï, et B. Odsüren à l’Université des arts et de la culture d’Oulan-Bator. Il enseigne le khöömii pour la Philharmonie de Paris, l’Université Rennes 2, Le Pont Supérieur, DROM ; dans des festivals comme Les Suds à Arles, Les Orientales, pour des musiciens professionnels (Camille), le réseau associatif en pratique amateur, et récemment aux États-Unis dans des universités de la côte est. En dehors de son trio principal, Meïkhâneh, il a joué avec Voix du Sahel (C. Zekri, Y. Moumouni…) ; en trio avec Tserendavaa & Tsogtgerel, dans Urbi&Orbi de Pierrick Lefranc (avec X. Dessandre Navarre, J. Florent, S. Bernardo, J.-B. Henry) ou encore dans l’Opéra électrique Èves futures d’Alain Basso (avec É. Trémolière, L. Tejeda…). En tant que chercheur, il est vacataire et rattaché à l’Université Rennes 2. En 2010, il a participé à l’inscription du khöömii mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO.

En savoir plus : 

http://www.ethnomusicologie.fr/la-sfe/annuaire/userprofile/jcurtet

http://www.routesnomades.fr/

http://www.meikhaneh.com/

 

Sissy ZHOU

OBJECTIF

S’initier à la pratique du gu zheng et à la culture traditionnelle chinoise.

CONTENU GÉNÉRAL

  • Initiation au gu zheng (pour les débutants)
  • Maîtrise du gu zheng en groupe et travail de divers styles de musique (pour les initiés au gu zheng)
  • Histoire de la musique traditionnelle chinoise et ses instruments : initiation au solfège chinois, au gu qin, tambour chinois, chant chinois (en partitions chinoises)
  • Découverte de la culture traditionnelle chinoise : histoire de la Chine ancienne,  philosophie chinoise (respiration et énergie, cérémonie du thé, initiation au qi gong, médecine chinoise, culture du Yi Jing, philosophie taiji…)

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Être sensibilisé à la culture et/ou philosophie asiatique
  • Apporter son propre gu zhen si possible
  • Ouvert également à tout autre instrument
  • Patience et attention seront de vigueur
  • Une photo des mains (dessus et paumes)

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Native de Wuhan, berceau de la musique traditionnelle chinoise, Sizzy Zhou a, dès l’âge de 6 ans, suivi l’apprentissage du gu zheng, cette imposante cithare à corde pincées dont l’origine remonte à plus de 4 000 ans.

À seulement 13 ans, elle décroche le certificat dʼexcellence au plus haut niveau du conservatoire. À 17 ans, elle est la première de sa province à obtenir celui de lʼUniversité de Pékin pour son instrument. Sissy Zhou remporte ensuite de nombreux concours organisés par l’Académie de Musique de Chine, la télévision chinoise et le Gouvernement Chinois. C’est également à cet âge qu’elle commence à enseigner le Gu Zheng. Nombreux sont ses élèves à avoir à leur tour obtenu la Médaille d’Or au concours national.

Après l’obtention de sa licence en Chine, Sissy ZHOU obtient la bourse «Eiffel» par le Ministère des Affaires Étrangère français. Elle part ainsi en France pour poursuivre ses études en «Master d’administration des institutions culturelles » à Arles et Aix-en-Provence. Durant ses études, elle donne des concerts afin de promouvoir et diffuser la musique traditionnelle et la culture chinoise.

Une fois le diplôme obtenu, Sissy ZHOU se rend aux États-Unis où elle intègre l’Alliance Française tout en poursuivant sa carrière de concertiste.

Parallèlement, elle devient durant 2 semestres professeur de Gu Zheng à l’Université de Floride. Elle occupe également le poste de Directrice de l’Ensemble de Musique Chinoise à la Faculté de Musique de l’Université de Floride (2011 à 2012).

Elle décide ensuite de revenir en France où elle se produit à d’innombrables festivals de renommée internationale. Par sa sensibilité troublante et sa maîtrise approchant l’excellence, cette jeune chanteuse instrumentiste offre une plongée unique dans le royaume de la grande Chine antique.

Elle donne par ailleurs des cours et organise des ateliers autour de la musique chinoise. Aujourd’hui, elle enseigne le Gu Zheng à la Cité de la Musique en direction des amateurs et en direction des professionnels à l’Institut International des Musiques du Monde.

Logo Web Sissy Zhou
Logo Facebook Sissy Zhou
Logo_Soundcloud_2 Sissy Zhou

En collaboration avec Arts et Musique en Provence

ISSIAKA KOUYATE & MOUSSA SANOU

OBJECTIF

S’initier à la Kora et aux tambours des griots

CONTENU GÉNÉRAL

  • Présentation géographique, culturelle et ethnique de l’Afrique de l’Ouest
  • La place des instruments traditionnels et de la musique dans la société africaine
  • Histoire des griots et leur place dans la société madingue
  • Présentation des autres instruments traditionnels madingue du répertoire musical : tama, kora, n’goni, balafon
  • Initiation sur le rythme de base symbolisant l’union musicale des pays d’Afrique de l’Ouest et le Mandé
  • Initiation à la Kora et approfondissement au rythme des griots (Djelidon)
  • Initiation au rythme Marakadon
  • Travail d’improvisation et d’échange entre les intervenants et les stagiaires

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Master-class ouverte à tous les niveaux

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Issiaka KOUYATE est un artiste musicien percussionniste né en 1982 à Bobo-Dioulasso au BURKINA FASO. Il est directeur artistique du festival « La Nuit des Griots » à Marseille, des « Rencontres artistiques et Culturelles » à Casablanca (MAROC) et de la formation « Symphonie of Kora ».

Né d’une grande famille de griot mandingue, il a grandi entouré par les artistes reconnus de la famille KOUYATE. Son apprentissage musical est traditionnel. Il assimile les rythmes mandingues qu’il joue à l’occasion de cérémonies populaires. Pendant plusieurs années il parfait sa maîtrise de la musique en intégrant différents centres culturels en Afrique de l’Ouest notamment au MALI, au BURKINA FASO et au NIGER.

Il commence sa carrière en tournant avec quelques groupes de musique et compagnies de théâtre, jusqu’à côtoyer les plus grands dans les festivals européens et les scènes internationales (il participe notamment au festival de la Francophonie avec Adama DRAME).

On dit « un griot n’a pas de frontière », donc, depuis il parcourt le monde pour partager sa culture et s’enrichir de celles des autres, notamment en tant que formateur de musique mandingue dans les écoles, les centres culturels, les festivals et les universités.

Partager un moment avec Issiaka KOUYATE c’est s’immerger dans les rythmes et traditions des Griots.

SHADI FATHI

Objectif

S’initier au monde poétique sufie et musical du kurdistan d’Iran à travers la découverte et la technique des rythmes majeures kurdes attachés au chant qui marque cette tradition, au travers la pratique du daf.

Contenu général 

  • Découverte et l’approfondissement des principaux rythmes kurdes liés au chant, utilisés particulièrement dans la confrérie Ghâdériyeh du kurdistan d’Iran (lignée de maître Khalifeh-Mirza-Agha-Ghowssi)
  • Travail sur les différentes techniques et frappes
  • Travail sur des poèmes de Hafez et de Mowlânâ Rûmi, accompagné par l’ensemble des daf, pour mieux comprendre le lien étroit entre le rythme et la parole dans cette tradition

Conditions de participation

Il est ouvert à des percussionnistes de tout niveau, à partir de 15 ans. Aucun prêt d’instrument n’est possible pendant la durée du stage, chaque stagiaire est donc prié de venir avec son propre daf ou de s’en procurer un avant le stage.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

De famille kurde, Shadi Fathi perpétue l’héritage millénaire de la musique classique persane par une expérience de concertiste au long cours et par un lumineux sens de l’improvisation.

Disciple du grand maître Dariush Talaï, elle maîtrise également les instruments à cordes traditionnels et fait vibrer sa sensibilité sur des percussions digitales comme le zarb ou plus particulièrement le daf, avec un style de jeu dans la lignée de la confrérie Ghâderiyeh du Kurdistan Iranien.

Installée en France depuis 2002 et retournant régulièrement en Iran, Shadi confronte dès lors sa musicalité fleurie aux esthétiques européennes et méditerranéennes, multipliant les collaborations sur disques et sur scène.

Elle a encadré plusieurs stages de musique iranienne et de percussions kurde en France et en Suisse. Avec ces inspirations tutélaires, elle tisse ce fil ténu qui, d’un trait, d’un mot, d’un regard ou d’une note, transperce la beauté et contient dans l’infini détail la puissance de l’universalité. Sa musique navigue dans ses sources vives, de celles qui, fidèles à la poésie soufie, permettent de voir le monde dans une goutte d’eau.

Source photo : Muriel Despiau

RUBEN PAZ

OBJECTIF

Découverte et perfectionnement de la musique populaire cubaine par deux de ses genres le « Chachacha » et le « Son ».

Explication de la naissance de ces genres musicaux : contexte géographique et sociologique , historique et impacte culturel, évolution de l’instrumentation …

CONTENU GÉNÉRAL
Le travail pédagogique portera sur :
> La rythmique
> L’harmonie
> Les voix et chœurs
> L’improvisation pour des instruments solistes dans le Chachacha
> L’improvisation pour la percussion dans le Son
> Un atelier spécifique pour les percussions mineures, plus particulièrement la clave dans le Son et le guïro dans le Chachacha, mais aussi présentation des maracas et chékéré
> S’il y a deux groupes de différents niveaux, le Chachacha sera travaillé par le groupe d’initiation, et le Son par le groupe plus avancé. Les titres seront joués en public

CONDITIONS DE PARTICIPATION
> Tous niveaux acceptés car possibilité de travailler en deux groupes de niveau.
> Un groupe d’initiation et un groupe de perfectionnement. Au niveau des instruments :percussions : batterie, congas, timbales, maracas, clave, guïro, chékéré
> Cuivres : trompette, saxo, clarinette, trombone, flûte traversière
> Cordes : Guitare électrique, acoustique, Tres, basse électrique, contre-basse, violoncelle, violon
> Piano, clavier
> Chants tous niveaux car possibilité de faire des chœurs en phonétique

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE
Parcours

Ruben Paz démarre sa carrière musicale à La Havane (Cuba), sa ville natale, où il est diplômé du Conservatoire Supérieur Amadeo Roldán de La Havane, en  spécialité saxophone, mais aussi dans des disciplines complémentaires comme le piano, l’orchestration, l’harmonie et le contrepoint, et remporte plusieurs prix d’interprétation populaire  et classique.

Très tôt, il intègre des groupes connus à Cuba, sous la direction de maestros tels que José-Luis Cortés, tout en continuant à être professeur dans les écoles de musiques.

En 1998, il s’installe en France, à l’occasion d’une tournée européenne, et collabore  avec des artistes tels que Sergent Garcia, Maurice El Medioni, sur différents projets, concerts en France et à l’étranger, composition, arrangements et enregistrements

En parallèle de tous ses projets artistiques, Ruben à toujours intégré « la transmission » dans son parcours personnel, que ce soit auprès du plus jeune public, dans des programmes éducatifs scolaires ou bien auprès de musiciens en herbe. Il est par exemple intervenu au CFPM de Marseille (Centre de Formation Professionnelle Musique), pour soutenir la mise en œuvre d’un titre original « Salam Marruecos » avec les élèves du centre, apprentissage de différentes techniques inhérentes à la musique cubaine, par le biais de 3 jours de stages intensifs, puis représentation publique avec les élèves.

Il a également participé à une Master-Class, à l’occasion du festival international de percussion de Sousse (Tunisie), à l’Institut Supérieur de Musique de Sousse. Plusieurs élèves de l’institut ont été initiés à la musique traditionnelle cubaine, et 2 titres ont été mis en place avec eux, puis représentation publique.

Créations

Il monte plusieurs projets de formations dont La Bomba (de style musical Timba), puis Neolatino ( fusions Latin-Jazz). En 2011 il crée le groupe « Chévéréfusion », une formation de 10 musiciens dans un style latin-fusion (musique cubaine, jazz, funk). Il sort un album « Amor Virtual » en 2012, avec lequel il se produit dans de nombreux festivals tels que le Tanjazz (Maroc), La Fiesta des Suds (Dock des Sud -Marseille),  Babel Med Music ou bien encore le Festival de Jazz à Calvi. Un deuxième album « Salsa para Todos » est en préparation et sortira en 2018.

 

Maria SIMOGLOU & Ourania LAMPROPOULOU

OBJECTIF

Se former aux chants grecs, modes et modalités dans la musique urbaine et rurale de la Grèce et de l’Asie Mineure. Seront abordés au cours de cette master-class :

  • Les techniques d’improvisation spécifiques à la musique urbaine et rurale de l’Asie Mineure
  •  L’apprentissage des chansons
  •  Le travail sur l’ornementation 
  •  Le style de jeu, la théorie modale (« makam » et « dromos »), 
  •  Les rythmes, 
  •  L’arrangement
  •  Le contexte historique et socioculturel du style

CONTENU GÉNÉRAL

  • Travail de technique vocale : relaxation, respiration et gestion du souffle, échauffement vocal, placement de la voix
  • Apprentissage de chants grecs (Épire, Macédoine, Thrace et Asie mineure) : chants à l’unisson ou polyphoniques, travail du bourdon
  • Travail sur l’interprétation, les ornementations, les rythmes et les techniques d’improvisation 
  • Travail sur les rythmes pour le chant et la danse : écoute du rythme à travers le corps, l’oreille, la parole

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Bonne pratique du chant et de l’instrument (pas de connaissance théorique  nécessaire)
  • Ouvert aux amateurs et professionnels

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

MARIA SIMOGLOU

Chanteuse polymorphe et multi-instrumentiste, compositrice et auteur, Maria Simoglou a plus de 20 ans de présence sur la scène musicale et théâtrale internationale.

Née à Thessalonique en Grèce du nord, elle a la chance de bénéficier d’une double culture musicale, à la fois savante et populaire, grâce au berceau familial gorgé de musiques traditionnelles de Macédoine, Thrace et Asie Mineure et grâce aux études qu’elle a suivi, d’abord au Collège et Lycée musical de Thessalonique, puis au Conservatoire National d’État de Thessalonique (hautbois, ud, qanun, percussion) et enfin à l’académie musicale de Berlin « Hanns Eisler Musikhochschule » dans la branche chant/musique-théâtre auprès de Marion Lukowsky et du Pr. Magdalena Hajossyova. Elle a participé aux stages du chant, entre autres, avec Pr. Barbara Shlich, Pr. Norma Sharp, Thomas Quasthoff, René Jacobs, Spyros Sakkas, etc.

Très tôt elle collabore avec de nombreux groupes et orchestres en Grèce et à l’étranger dans le domaine de la musique traditionnelle, classique et contemporaine. Elle est régulièrement invitée à des concerts, des festivals et participe à des séminaires musicaux, notamment pour la musique du cinéma et du théâtre.

Elle se produit entre autres au Festival d’Avignon, Babel Med Music, Villa Méditerranée, Forum Barcelona, Schwarz-Weiss Festival, Bayer Kultur, Berliner Märchentage (Les jours de conte à Berlin), Deutsche Welle Konzerte, Montalbane Internationale Tage der Mittelalterlichen Musik (Journées Internationales de Musique Médiévale), Alte Musik Treff (Rencontre de la Musique Ancienne), Installation Moon Mirror de Rebecca HORN, DIMITRIA Ethno- Jazz Festival, Cité de la Musique de Marseille, Mandopolis Festival, Les Suds à Arles, Vélo Theatre, l’Abbaye de Sylvanès, Centre Pompidou, etc.

Elle intervient régulièrement à la radio et à la télévision en Grèce, Allemagne, Belgique, Suisse, Luxembourg, Pays-bas, Espagne, Angleterre, France, États-Unis, Australie etc.

Elle participe et collabore à de nombreux concerts et enregistrements aux côtés des chanteurs et musiciens de renommée internationale (Ross Daly, Spyros Sakkas, Stelios Petrakis, Efren Lopez, Maria Thoidou, Socratis Malamas, Bijan Chemirani, Patrick Vaillant, Kevin Seddiki etc.).

Depuis 2011, elle se produit avec la compagnie de théâtre « Mises en Scène » avec laquelle elle a participe à deux différents spectacles: « Bon Appétit » et « La parabole des papillons » (mises en scène de Michèle Addala / dramaturgie avec Gilles Robic).

Elle vit en France, à Marseille, depuis 2008, où elle dirige et intègre différents ensembles. Elle collabore en tant que chanteuse, musicienne ou comédienne dans des spectacles de musique, danse et théâtre traditionnelle et contemporaine.

Depuis 2008 elle donne régulièrement des Master-Classes (DROM, IIMM, FAMDT) et enseigne notamment la technique vocale et corporelle ainsi que le répertoire, l’interprétation, les ornementations, les rythmes et les techniques d’improvisation, spécifiques aux chants grecs et d’Asie Mineure.

Logo Web Maria Simoglou
Logo Facebook Maria Simoglou

OURANIA LAMPROPOULOU

Ourania Lampropoulou est une virtuose étonnante de santouri (cymbalum grec) et un des musiciens les plus multi- facette de sa génération. Etant une figure de proue de son instrument depuis son plus jeune âge, elle continue ce qu’elle a reçu en héritage de son professeur et master de santοurι grec, Tasos Diakogiorgis.

Elle joue régulièrement avec des groupes de musique traditionnelle, contemporaine et du monde, ainsi qu’avec les orchestres symphoniques et ensembles de renommée en Grèce et à l’étranger (durant de nombreuses années, elle a été membre de l’Orchestre de Mikis Theodorakis et collaboratrice de Domna Samiou).

Une étape importante de sa carrière a été 2010, lors de sa venue à Paris et depuis, elle travaille sur l’orchestration et la direction d’orchestre. Son style en santouri et ses vastes connaissances en tant que musicienne est très respecté et demandé: elle a enseigné comme professeur de santouri, de musique d’ensembles et de l’organologie au Département de musique folklorique (IUT d’ Epire), au Département de musique Science et Art (Université de Macédoine) et au Conservatoire national à Athènes / Grèce, ainsi qu’à des Masterclasses internationaux.

Logo Web Ourania Lampropoulou

MILENA JELIAZKOVA & MAYA MIHNEVA

Objectif

Pour l’art traditionnel musical bulgare (chants, mélodies instrumentales et danses) le rythme est l’élément le plus important. Il est le point de jonction entre texte, mélodie et pas de danse – le rythme est ce qui unit Poésie, Musique et Danse. Le rythme est considéré par les Bulgares comme le Principe masculin de la musique. C’est un puissant intermédiaire entre l’interprète et le Monde extérieur, le Cosmos et la Nature. L’intonation (la suite tonale de la mélodie), représente quant à elle le Principe féminin de la musique et rend compte de l’état intérieur de l’interprète. Rythme et Intonation sont les deux éléments suprêmes de la mélodie. Celle-ci déterminera à son tour quel type de danse sera utilisé en parallèle.

Milena Jeliazkova, chanteuse professionnelle traditionnelle bulgare, pédagogue et coach vocal, et Maya Mihneva, danseuse traditionnelle bulgare enseignant au Conservatoire des Alpes de Haute-Provence, animent séparément de nombreux stages de chants et danses bulgares en France et à l’étranger, depuis plus de 15 ans. Leur amitié et amour pour la musique et les danses populaires bulgares leur ont donné envie de créer au sein de l’IIMM d’Aubagne cette master-class afin de conjuguer leurs talents et de les mettre au service de celles et ceux désireux de s’initier ou de se perfectionner à ces arts uniques au monde. Elles aborderont toutes les notions exposées ci-dessus lors de cette master-class inédite. Le travail sera mené à la fois en direction de la voix et du corps, et surtout, à l’interaction entre voix, souffle, corps. Seront abordées les notions de posture d’intériorité et d’extériorité, de présence à soi et au monde.

CONTENU GÉNÉRAL CHANTS

  •  Échauffement corporel : Mise en accord, préparation du corps pour trouver les résonances, gestion du souffle, détente et disponibilité, verticalité et horizontalité, ancrage au sol, écoute intérieure, concentration, énergie.
  • Exploration des timbres : Placement de la voix (spécificités selon les hauteurs), gestion du son, travail sur les voyelles, articulation, voix parlée et chantée.
  • Approche polyphonique : Travail sur les intervalles (secondes, tierces, quintes) et les accords, gestion de la « gêne ».
  • Travail sur les rythmes impairs : gestion du souffle et spécificités.

CONTENU GÉNÉRAL DANSES

  • Préparation corporelle : gestion du souffle, détente et disponibilité, verticalité et horizontalité, ancrage au sol, écoute intérieure, concentration, énergie.
  • Travail sur l’axe, les appuis, la suspension, sur les spécificités de chaque danse abordée
  • Apprentissage des danses par imprégnation et observation : approche du style – danses d’ensemble, en cercle, en chaîne, danses d’improvisation – en rythme pair et impair.

CONTENU GLOBAL

L’interprétation : travail sur l’expression vocale et dansée conciliant technicité et identité artistique, immédiateté des perceptions, relation à soi et aux autres, exploration des sensations et de l’imaginaire afin de servir l’interprétation.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

La master-class est ouverte aux chanteurs et danseurs débutants et confirmés, la bonne oreille et la justesse chantée sont néanmoins indispensables.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIES

MILENA JELIAZKOVA

Bulgare et citoyenne française, Milena JELIAZKOVA commence ses études de piano et de chant à l’âge de six ans auprès de Kristina Boeva, professeur émérite de l’Académie des Arts Musicaux de Plovdiv. Parallèlement elle suit des cours de chants et danses traditionnelles avec sa mère, chanteuse et danseuse dans « Ensemble TRAKIYA » (Thrace). Après huit ans de formation à la fois classique et traditionnelle dans son pays, elle s’est consacrée au rythm & blues pendant trois ans, et s’est investie, en France, avec BALKANES, quatuor de polyphonies bulgares a cappella, dans le chant traditionnel bulgare et l’univers des chants sacrés slavons et byzantins. Diplômée de l’ARSEC/NACRe (MASTER 2 en management culturel), elle a mené des recherches sur le chant traditionnel bulgare en tant que vecteur de conservation de l’identité collective bulgare, et a travaillé auprès du directeur de l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon et pour l’Ensemble de musique baroque Le Concert de l’Hostel Dieu, en tant que chargée de communication et de diffusion. Milena chante depuis 1997 au sein du quatuor Balkanes qui se produit sur des scènes nationales et internationales en France, Suisse, Italie, Bulgarie, Tunisie, Allemagne, USA, Canada… et lors de nombreux festivals. Ses goûts musicaux éclectiques l’ont amenée à s’intéresser de plus en plus aux chants traditionnels du monde en général et aux techniques de chant diverses qui s’y attachent. Depuis 2006, elle crée avec Jean-Pierre Caporossi et Tony Canton le projet KËF – élektro Balkans. Milena chante également dans la Cie Henri AGNEL, qui explore les répertoires méditerranéens médiévaux et contemporains et avec laquelle elle tourne en France et à l’étranger. En 2017, elle co-fonde SIBYLLES TRIO avec Françoise ATLAN et Milena ROUDEVA. Elle compose et réalise des arrangements pour les quatre ensembles, co-anime de stages vocaux à destination de tous les publics, enseigne le chant bulgare à l’Institut International des Musiques du Monde et propose du coaching vocal et scénique aux chanteurs débutants et confirmés (diplômée d’Harmoniques, Paris.)

Expériences : Depuis 2003, ateliers animés auprès d’Agences Musiques et Danses de différentes régions de France (Centre, Bretagne, Rhône-Alpes, Alsace, Pays Basque…) et à l’étranger – Suisse, Mayotte, USA. Stages auprès de Conservatoires de Rayonnement Régional et d’écoles de Musique, à la demande d’organismes tels que le CEPRAVOI (www.cepravoi.fr), centres vocaux privés, de chefs de choeur professionnels et amateurs, théâtres et festivals de musique sacrée et du monde. Projet sur 6 mois, en 2019, avec la Maîtrise de la Loire – direction du Grand Choeur de 90 personnes à l’occasion de Plovdiv – Capitale Européenne de la Culture 2019. Pédagogue régulière auprès de l’Institut International des Musiques du Monde, Aubagne (www.iimm.fr).

MAYA MIHNEVA

Bulgare de naissance, installée en Provence, Maya Mihneva commence la danse dès ses premiers pas. Nombreuses sont les occasions en Bulgarie pour apprendre et pratiquer les danses traditionnelles, présent à chaque fête, le « horo se vié » (la danse serpentine) durant des heures.

Suite à l’obtention du diplôme de danses bulgares à Plovdiv (Région de Thrace), Maya intègre l’Ensemble d’État Bulgare de musiques, chants et danses « Sévernyashky » à Pleven, et se produit régulièrement en France : Casino du Paris, Café de la Danse, CNIT Paris la Défense, Théâtre National de Bordeaux…, et en Italie.

Membre du GTR (groupe de travail régional) danses du monde depuis 2000, elle participe à l’action de l’ARCADE – PACA en faveur des danses traditionnelles et du monde. Parallèlement l’ADAC 04 (Association départementale d’action culturelle) lui confie une mission sur le développement et la valorisation des danses traditionnelles dans le département.

Maya enseigne au Conservatoire à Rayonnement Départemental des Alpes-de-Haute-Provence depuis 2005. Sa pédagogie est marquée par la spécificité des danses de son répertoire dorigine, et plus largement par lapproche des danses des Balkans, dans un esprit douverture et de partage.

Diplômée d’un Master 2 « Théories et Pratiques des Arts Vivants en Danse » de l’Université de Nice Sophia Antipolis, Maya mène de nombreux projets pédagogiques et artistiques. Sollicitée souvent pour sa pédagogie par des institutions telles que Conservatoires Régionaux de Limoges et Avignon, CRD de Montbéliard, CFMI d’Aix en Provence, l’ARCADE – PACA, Régie Culturelle Régionale PACA, Centre Chorégraphique de la ville de Strasbourg etc., elle s’appuie sur sa double culture.

Danseuse et chorégraphe, l’artiste collabore depuis son installation en France, et se produit aux cotés des musiciens d’AKSAK et de MELIZMA. La complicité entre Maya et Isabelle Courroy, joueuse de kaval (flûte oblique des Balkans) lui permet d’explorer le riche répertoire des danses bulgares, et de le mettre en scène avec un regard actuel.

Dans le cadre de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la Culture, pour l’événement « Le Monde est chez nous », la Région PACA lui confie la création « TovaE ». Celle-ci réunit près de 50 danseurs et musiciens, enfants, adolescents et adultes, menés sous la direction artistique conjointe de Maya Mihneva pour la danse et dIsabelle Courroy pour la musique.

Le film documentaire « Au diapason du monde », témoin du projet, est réalisé par Catherine Catella en 2014, à partir des portraits dartistes emblématiques. Il témoigne de la riche diversité culturelle en terre provençale, et dresse le portrait dune artiste lumineuse et engagée.

Logo Web Balkanes
Logo Facebook Balkanes
Logo_YouTube Balkanes

DUO LUZI NASCIMENTO

✦ Claire LUZI – Cristiano NASCIMENTO ✦

En concert en 2019 (avec « Boum mon Boeuf ») : du 20 au 22 février en Isère, le 23 mars à 17h00 – Les Arcades – Lauris (84).

PROPOS ARTISTIQUE GENERAL

Dix années d’action, et le double de passion. Le goût de la tradition ancré dans un univers résolument contemporain. L’expression de cultures empreintes de la transmission orale sud américaine, trouvant place et échos au cœur du territoire provençal.

La Roda est ainsi née, fruit de rencontres et d’échanges d’inspiration franco-brésilienne, entrant dans la ronde d’une danse frénétique menant à l’aboutissement de compositions hybrides et originales.

Claire Luzi et Cristiano Nascimento, auteurs, compositeurs et interprètes nous offrent au travers de leur musique le témoignage d’une créativité d’inspiration multiple, enrichie par une complicité artistique sensible et surprenante. Cette dualité de référence culturelle fait ressortir l’expression d’une mixité qui leur est propre et qui va du répertoire populaire Corse au «merengue» du Venezuela.

Les représentations publiques sont une véritable invitation au voyage, en partance ici pour le Brésil à travers la découverte de sa musique traditionnelle.

Outre les concerts, c’est par passion de la transmission que Claire et Cristiano ont initié des ateliers et stages de pratique artistique et de sensibilisation à la culture brésilienne. Que ce soit pour des établissements scolaires, des maisons de retraite ou des établissements pénitentiaires, c’est avec la même envie que le duo fait vivre la tradition brésilienne dans le paysage culturel français.

> EXTRAIT VIDÉO

> REVUE DE PRESSE

> FICHE TECHNIQUE

BOUM MON BOEUF (JEUNE PUBLIC)

> En création 2018/2019 <

Une mandoline et une guitare qui font le bœuf, des chansons originales, un bœuf enchanté du Brésil, une mélodie nostalgique de Darius Milhaud, un bœuf sur un toit, une samba carnaval, voici les ingrédients de ce spectacle musical !

Claire Luzi et Cristiano Nascimento, invitent petits et grands à la découverte d’une curieuse histoire bovine qui relie le passé, le présent, la France et le Brésil, la musique classique avec la musique populaire, tout en nourrissant l’imaginaire avec humour et poésie ….

> EXTRAIT VIDEO

> DOSSIER ARTISTIQUE

CONTACT

Margaret PIU-DECHENAUX /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

margaret.dechenaux@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73 / +33 (0)6 50 72 45 34 www.iimm.fr