HENRI AGNEL

OBJECTIF

Plutôt que d’étudier un répertoire en particulier, je vous propose un travail sur des principes musicaux que nous retrouvons dans les musiques des traditions savantes, populaires et médiévales européennes de la Grande Méditerranée : de l’Inde du Nord à la Scandinavie.

Vous ne serez pas qu’interprète mais aussi créateurs « Compositeurs ».
En solo ou en groupe, vous créerez des musiques spontanées infinies. Vous saurez improviser sur des thèmes existants et vous pourrez composer vos propres œuvres.

CONTENU GÉNÉRAL

> L’étude des Modes
La gamme devient mode quand elle a deux notes principales « Finale et Teneur » ce qui lui donne son « Ethos » : son caractère, son sentiment. Modes d’Occident et d’Orient.  Comment jouer avec ?

>L’étude des Rythmes
Travail sur les deux familles de rythmes : rythmes d’imitation de la nature et rythmes mathématiques, géométriques, symétriques et asymétriques.

>L’improvisation
Improvisation mélodique arythmique : prélude (Taqsim, Alap).
Improvisation mélodique rythmique sur un rythme.
Improvisation mélodique arythmique sur un rythme.
Improvisation rythmique sur des percussions. En solo ou dans l’accompagnement

Ce travail est facile d’accès, parce que très logique. On peut pratiquer de façon très simple et on peut compliquer à l’infini.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Elle est ouverte à tous les instruments mélodiques ou de percussions, traditionnels ou modernes et aux voix.
Pas de limite d’âge mais il est préférable de maitriser suffisamment la technique de son instrument ou de sa voix pour profiter des cours.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Parcours
Henri AGNEL
Né à Rabat au Maroc le 17/12/1952 dans la double culture franco marocaine.
Etude à 4 ans du chant et de la Mandoline classique avec son père Jean AGNEL
Etude de l’écriture musicale classique et musique contemporaine « concrète » avec son oncle Aimé AGNEL. Famille proche des musiciens arabo andalous, et des traditions populaires arabes et berbères.
Arrivée en France en 1964.

Etude de guitare classique et guitare électrique au sein de la famille.
En 1969, étude de la guitare classique et flamenca à Oran en Algérie avec José Maria Rodriguez. En 1970, à Paris, fin de cycle d’étude de guitare classique et de composition avec Jacques Florencie Wilmann, qui le fait entrer dans l’ensemble de musique contemporaine

« Musique Vivante » avec Jean Pierre Drouet, Michel Portal, JF Jenny Clarke, Gaston et Brigitte Sylvestre…

En 1975, il entre dans les Ménestriers, ensemble de musiques du Moyen-Âge et de la Renaissance et il se lance dans une étude des musiques orientales qui ont une influence sur les musiques médiévales européennes.
Il retourne rencontrer des musiciens arabo andalous au Maroc, il étudie le Zarb iranien avec Djamchid Chemirani, le Oud sous les conseils de Mounir Bachir, le Rûbab afghan avec Amir Djan, le chant et la rythmique indienne avec Zahid Farani au Pakistan et la musique des Gnaoua avec Si Mohamed Chaouqi.

Il se consacre depuis plusieurs années à la famille ancêtre de la guitare, le Cistre, la Cetera, l’Orpharion et la Pandore en plus du Oud, du Rebec et toujours la guitare. Il est aussi percussionniste au Zarb et percussions marocaines.

Créations

  • Il enregistre plusieurs CD, Les Estampies en Duo avec Djamchid Chemirani (Al Sur), Istanpitta avec Djamchid Chemirani, Henri Tournier, Michael Nick et Idriss Agnel, Cetera « Corsica Cister Song », avec ses élèves professionnels (Casa Edition), « Los Kaminos » avec Milena Jeliazkova, Milena Roudeva et Idriss Agnel (Prix Charles Cros) (Accords Croisés).
  • En tant qu’accompagnateur et arrangeur : 5 CD et concerts avec Angélique Ionatos, CD et concerts avec Misia, Amina Alaoui, Ute Lemper, Houria Aïchi…
    CD avec Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Areski, Didier Malherbe… Soliste au Oud des 2 CD « Mozart l’Egyptien ».

Sissy ZHOU

OBJECTIF

S’initier à la pratique du gu zheng et à la culture traditionnelle chinoise.

CONTENU GÉNÉRAL

  • Initiation au gu zheng (pour les débutants)
  • Maîtrise du gu zheng en groupe et travail de divers styles de musique (pour les initiés au gu zheng)
  • Histoire de la musique traditionnelle chinoise et ses instruments : initiation au solfège chinois, au gu qin, tambour chinois, chant chinois (en partitions chinoises)
  • Découverte de la culture traditionnelle chinoise : histoire de la Chine ancienne,  philosophie chinoise (respiration et énergie, cérémonie du thé, initiation au qi gong, médecine chinoise, culture du Yi Jing, philosophie taiji…)

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Être sensibilisé à la culture et/ou philosophie asiatique
  • Apporter son propre gu zhen si possible
  • Ouvert également à tout autre instrument
  • Patience et attention seront de vigueur
  • Une photo des mains (dessus et paumes)

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Native de Wuhan, berceau de la musique traditionnelle chinoise, Sizzy Zhou a, dès l’âge de 6 ans, suivi l’apprentissage du gu zheng, cette imposante cithare à corde pincées dont l’origine remonte à plus de 4 000 ans.

À seulement 13 ans, elle décroche le certificat dʼexcellence au plus haut niveau du conservatoire. À 17 ans, elle est la première de sa province à obtenir celui de lʼUniversité de Pékin pour son instrument. Sissy Zhou remporte ensuite de nombreux concours organisés par l’Académie de Musique de Chine, la télévision chinoise et le Gouvernement Chinois. C’est également à cet âge qu’elle commence à enseigner le Gu Zheng. Nombreux sont ses élèves à avoir à leur tour obtenu la Médaille d’Or au concours national.

Après l’obtention de sa licence en Chine, Sissy ZHOU obtient la bourse «Eiffel» par le Ministère des Affaires Étrangère français. Elle part ainsi en France pour poursuivre ses études en «Master d’administration des institutions culturelles » à Arles et Aix-en-Provence. Durant ses études, elle donne des concerts afin de promouvoir et diffuser la musique traditionnelle et la culture chinoise.

Une fois le diplôme obtenu, Sissy ZHOU se rend aux États-Unis où elle intègre l’Alliance Française tout en poursuivant sa carrière de concertiste.

Parallèlement, elle devient durant 2 semestres professeur de Gu Zheng à l’Université de Floride. Elle occupe également le poste de Directrice de l’Ensemble de Musique Chinoise à la Faculté de Musique de l’Université de Floride (2011 à 2012).

Elle décide ensuite de revenir en France où elle se produit à d’innombrables festivals de renommée internationale. Par sa sensibilité troublante et sa maîtrise approchant l’excellence, cette jeune chanteuse instrumentiste offre une plongée unique dans le royaume de la grande Chine antique.

Elle donne par ailleurs des cours et organise des ateliers autour de la musique chinoise. Aujourd’hui, elle enseigne le Gu Zheng à la Cité de la Musique en direction des amateurs et en direction des professionnels à l’Institut International des Musiques du Monde.

Logo Web Sissy Zhou
Logo Facebook Sissy Zhou
Logo_Soundcloud_2 Sissy Zhou

En collaboration avec Arts et Musique en Provence

MIQUÈU MONTANARO

OBJECTIF

Ancrage et Universalité : de la tradition provençale à la musique du monde. Donner à partir de thèmes Occitans des pistes pour l’écoute, l’échange, l’ornementation, l’improvisation, l’invention.

CONTENU GÉNÉRAL

  • Apprentissage de thèmes traditionnels occitans
  • Recherche de la musicalité à travers l’écoute
  • Travail sur le rythme
  • Arrangements / Interprétations / Pratique d’ensemble
  • Jeux musicaux créatifs / Improvisations /  Exploration sonores ludiques
  • Répertoires :
    > Noëls et Chants de Troubadours
    > Carnaval & chansons revendicatives
    > Ballades et Chansons d’Amour

    CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • S’il n’est pas besoin d’être virtuose pour participer, il est bien entendu que ce n’est pas un atelier d’apprentissage instrumental.
  • Les voix seules sont aussi les bienvenues.
  • Ouvert aux « musiciens lecteurs » et « musiciens d’oreille »
  • Ouvert à tous les instruments

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Né à Hyères, Miqueù Montanaro commence par étudier le saxophone puis fait un long passage par la musique traditionnelle provençale (galoubet, tambourin). Multi-instrumentiste, c’est par les flûtes qu’il a acquis virtuosité, liberté et inventivité. Passionné depuis ses débuts par les croisements de cultures, tant géographiques qu’historiques, son œuvre est marquée par ses rencontres avec des musiciens de tous les styles et de toutes les origines. Ses compositions sont destinées aux pièces de théâtre, ballets, spectacles, dessins animés ainsi que courts métrages. Il compose également des œuvres de concert pour des formations jazz, classiques et traditionnelles. Auteur du solo « Polyphonies en solitaire« , Miqueù Montanaro a, entre autres, composé « Mathis » faisant intervenir vidéo, danseurs folkloriques et orchestre symphonique puis « Opéra Dòna » où se mêlent danse contemporaine, performance picturale et musiques traditionnelles, et l’œuvre symphonique « Calme Rêve Innocent » créée – suite à une commande de l’ADIAM 83 – avec Patrick Vaillant, Ricardo Tesi et le Brandebürgisher philharmonique de Postdam. Plusieurs centaines de concerts l’ont emmené aux quatre coins du monde : de l’Amérique latine à l’Europe centrale, de l’Afrique à Coursegoules en passant par les États-Unis et l’Indonésie…

Logo Web Compagnie Montanaro
Logo Facebook Compagnie Montanaro

Fouad DIDI

Objectif

Apprentissage des sources du chant et de la musique arabo-andalous

La musique arabo-andalouse a connu un essor important pendant la période de l’Espagne dite des trois cultures « El Andalus ». Après la chute de Grenade, cette musique a trouvé refuge au Maghreb.
Actuellement, la musique arabo-andalouse tient une place importante en Europe par le biais de son enseignement au sein des structures institutionnalisées (CNRR, CNR, Écoles de musique). Le contexte géographique favorise également la demande d’apprentissage et de découverte des sources de cette musique qui est à la fois une culture et une grande civilisation.

Contenu général 

  • Enseignement sur les subtilités de la nouba
  • Présentation et apprentissage des différents maqam
  • Introduction aux différents répertoires de ma musique arabo-andalouse : hawzy, chaabi, melhoun, malouf
  • Travail sur l’analyse de l’écoute d’extraits sonores 

Conditions de participation

  • Aucune contrainte pour ce stage car l’enseignement est basé sur l’oralité ainsi que la phonétique et la traduction des chants.
  • Ouvert aux chanteurs et instrumentistes (violon, mandole, mandoline, oud, percussions).
  • Niveau : 5 ans minimum de pratique

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

Né à Tlemcen en Algérie, Fouad Didi chante, joue du violon et du oud depuis son enfance. Investi au sein d’associations tlemcéniennes, toutes se prévalant de l’héritage du Cheikh Larbi BenSari, il étudie le répertoire et la technique des maîtres Abdelkrim Dali et Redouane BenSari. Cheikh BenSari, Cheikh Mustapha Brixi, Cheikh Ahmed Malti ainsi que Cheikh Salah Boukli Hacene l’encouragent dans sa soif d’apprendre. Yahia Ghoul attise sa passion pour le violon, qui devient alors son instrument de prédilection, même s’il poursuit à jouer de la mandoline et du oud.
Après de nombreux concerts donnés en France et à l’étranger, il est reconnu comme étant l’un des plus brillants représentants de la musique arabo-andalouse. Chez lui, art de la musique et art de la parole sont intuitivement liés. Son jeu est limpide et chaleureux mêle sens et sensations. Titulaire du Diplôme d’État (D.E) et du Certificat d’Aptitude de Musiques Traditionnelles (C.A), il enseigne la musique arabe-andalouse au Conservatoire de Toulon (CNRR) et à la Cité de la Musique de Marseille où il anime des formations, master-classes et ateliers.
Dans le respect de la tradition orale ancestrale, il a fondé l’Ensemble Tarab, orchestre spécialisé dans le répertoire classique arabo-andalou.

Logo Facebook Fouad Didi
Logo_Myspace Fouad Didi

ISABELLE COURROY

OBJECTIF

Se former et se perfectionner au jeu des flûtes obliques kaval jouées des Balkans à l’Anatolie en s’immergeant dans la transmission orale.

CONTENU GÉNÉRAL

> Les flûtes kaval dans la grande famille des flûtes obliques.
Ressemblances et divergences.
> Exploration des particularités stylistiques.
Les différentes techniques de vibrato et d’ornementation.
> Travail des répertoires. Focus sur les régions d’Anatolie, de Thrace bulgare et grecque.
> Les rythmes irréguliers, le rapport au chant et à la danse dans la musique des Balkans.
> Pratique des modes utilisés dans le répertoire des flûtes kaval et de l’improvisation modale.
> Approche de la respiration circulaire adaptée aux embouchures libres des flûtes obliques.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

> Âge minimum : 15 ans
> Ouvert aux instrumentistes ayant un kaval
> Instrument préconisé : Kaval de type bulgare en ré  / tous les instruments
Possibilité de se construire son propre instrument en début de stage
> Niveau minimum : Maîtriser l’émission du son dans les flûtes obliques

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Parcours
Instrumentiste transfuge de la flûte traversière contemporaine dont elle a suivi le parcours de concertiste, Isabelle Courroy s’est saisie d’une flûte oblique ancestrale jouée en Europe orientale et Asie occidentale, appelée kaval.
De cet instrument, dont elle privilégie la version oblique pour sa liberté d’embouchure, sa palette sonore rare et ses qualités mélismatiques, elle s’est faite pionnière en Europe occidentale. Elle en a féminisé le jeu et développé sa plasticité novatrice. Par la mise en tension des différentes esthétiques qui continuent de marquer son parcours, elle ouvre de nouvelles voies de création.
Auteure, arrangeure et compositeure, elle écrit également pour la danse, le théâtre et le cinéma. Elle œuvre également dans le domaine de la lutherie et accorde une place importante à la transmission.

Formation initiale

Parallèlement à ses études d’Histoire de l’art et de philosophie, Isabelle Courroy a étudié la flûte traversière auprès de Maître G. Crunelle, professeur honoraire au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Elle a obtenu sa Médaille d’Or au Conservatoire national à rayonnement régional de Marseille dans la classe de Jean-Louis Beaumadier.  Au sein de l’orchestre Musicatreize sous la baguette de Roland Hayrabedian, elle a la chance de suivre la direction artistique de Maurice Ohana, à l’occasion de l’enregistrement du Llanto por Ignacio Sanchez Mejias (Victoires de la musique et Choc du Monde de la Musique 1992). Cette rencontre avec le compositeur qui admirait tant le cante jondo de García Lorca marquera fortement son parcours.

Sa discographie est saluée par L’ Académie Charles Cros, les Victoires de la Musique, Diapason d’or, ffff de Télérama – Choc du Monde de la Musique – Bravo !!!! Trad Mag

Créations en cours

  • LOXIAS – Souffles de cristal (2018)
    Une performance solo sur instruments de cristal.
    En 2016, Isabelle Courroy s’engage avec Christian Zagaria, info-scéno-plasticien, dans l’écriture du projet Kaval de cristal : solo musical et graphique mettant en scène lumière, transparence et degrés d’opacité.
    Pour cette création, elle se lance auprès de Ludovic Petit, verrier scientifique, dans la facture d’instruments de cristal, matière dont une des propriétés physiques majeures est d’être conductrice de lumière.
    Création le 9 février 2018 à la Cité de la Musique de Marseille.
  • Création avec Bruno Allary et Patrick Boucheron (2018) 
    Création le 26 mai 2018 au Théâtre national de Marseille – La Criée dans le cadre du festival « Oh les beaux jours ! ».
  • Melizma (à partir de 2017)
    Un projet de création à géométrie variable qui prend forme dans l’oblicité des flûtes d’Europe orientale et d’Asie centrale et le regard qu’en porte aujourd’hui Isabelle Courroy.
  • Kavaldjistan – Terres de kavals (2018-2019)
    Un grand rassemblement autour des flûtes obliques – ressemblances et divergences, transmission et création.

Concerts 

  • Avec la Cie Rassegna

– Il sole non si muove
Diffusion et création phonographique avec l’Ensemble Multitudes de la Cie Rassegna. Il sole non si muove (Sylvie Paz, Carine Lotta, Carina Salvado, Fouad Didi, Philippe Guiraud, Bruno Allary et Mireille Collignon, violiste invitée) se penche sur la circulation des chansons profanes au sein du bassin méditerranéen et jusqu’en Angleterre au XVIe siècle.
> Éditions : Buda Musique. Distribution : Socadisc & Believe digital. MCE Productions. Direction artistique : Bruno Allary.
> Concerts : Abbaye de Sylvanès, Le Rayol, Congrès de la FAMDT, festival Au Fil des Voix, festival Le Fruit des Voix, festin musical de Sainte-Croix-en-Jarez, festival de Calvi…

  • Avec Shadi Fathi

– L’immobile voyage
En duo avec Shadi Fathi (Sétar, daf, zarb) et trio avec Wassim Halal (percussions). Répertoire de compositions originales et arrangements personnels.
> Concerts : Les Suds à Arles, festival De Bouche à Oreille à Parthenay, Les Joutes Musicales de Correns, Aux heures d’été à Nantes…

  • Avec les musiciens du Collectif AKSAK

Le quintette Aksak – Musiques créatives des Balkans
Avec Philippe Franceschi, Christiane Ildevert, Patrice Gabet et Lionel Romieu, Isabelle Courroy creuse le sillon des musiques d’Europe orientale et balkanique depuis 1989.
> 7e album du groupe : Les Artisans du temps (sortie printemps 2017 aux Éditions Absilone, Distribution Socadisc & Believe digital, Production Sur le Pont).
Autres albums : De l’Europe centrale à la Méditerranée orientale, Les Oiseaux migrateurs, Florina, Noëls des Balkans avec Bijan Chemirani et Erika Taznady, L’Oreille du voyageur, Portraits. 

Panselinos (musiques traditionnelles grecques).
Depuis 1999 aux côtés de Georges Mas, Benoît Capron et Lionel Romieu, Jérôme Salomon et Katerina Cael Karagiani.
> Concerts : nombreuses manifestations pour la communauté grecque des Bouches du Rhône avec Hiphaistia. Création Kumpania Massalias (2015) avec Vanghelis Dimoudis et Maria Simoglou.

  • Avec Françoise Atlan
    Entre 1996 et 1998, aux côtés de Keyvan Chemirani, Isabelle Courroy accompagne Françoise Atlan pour les réalisations discographiques Noches et La Rose et le jasmin.
    > Récompenses : Choc du Monde de la Musique, Diapason d’Or et ffff de Télérama.

Créations transversales 

  • Avec la musique ancienne
    Isabelle Courroy intègre en 2014 l’ensemble Canticum Novum, basé à Saint-Étienne. Avec cet ensemble protéiforme, elle participe à la diffusion des programmes TOPKAPI, musiques à la cour de Soliman le Magnifique et Aashenayi  (rencontre en langue persane). Elle enregistre la création Aashenayi, parue aux éditions Ambronay en 2014. En 2016, aux côtés des voix de Gulay Hacer (Turquie), Maria SimoglOu (Grèce) et Emmanuel Bardon, elle participe à la création des programmes T(h)races au Festival de Puteaux et Emzara à Noirlac.

> Concerts : Festival de Radio France de Montpellier, Festival de musiques sacrées de Perpignan, Festival d’Ambronay, Festival de musique ancienne de Vanves, Festival de Pontoise, La Folle Journée de Nantes en 2015.

  • Avec la musique contemporaine
    Zad Moultaka l’invite à un travail d’improvisation dirigée en compagnie du joueur de kementché arménien Gagik Mouradian. Cette résidence aboutit à 13 Haiku créés à la Fondation Royaumont. À l’issue de cette création en 2015,  Zad Moultaka compose à son intention Zaïb Rouwakou, pièce pour kaval et sons fixés.

Dans le cadre du duo L’Églantine et la rose qu’elle forme avec Djamchid Chemirani (zarb), elle commande  une pièce pour kavals, flûtes et sons fixés au compositeur Zad Moultaka : Vent III, Le Vent souffle où il veut, (création Fondation Royaumont 2007).

  • Contretemps (création 2018 avec Bruno Allary et Patrick Boucheron)

www.kaval.org

JOHANNI CURTET

Objectif

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une seule voix ? Un khöömiich (diphoneur ou diphoneuse mongol(e)) peut, à lui ou elle seul(e), émettre un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques entourée de diverses résonances. Cette acrobatie de la voix semble virtuose, mais elle est accessible à tous si on nous en donne les clés. N’importe qui peut être initié au chant diphonique (khöömii).

Contenu général

  • Éléments théoriques propres à sa démarche ethnomusicologique (avec enregistrements et images à l’appui)
  • Exercices de musculation des lèvres, de la langue
  • Gestion particulière du souffle
  • Contrôle du son avec et sans diphonie
  • Enrichissement du timbre vocal, recherche d’un timbre guttural
  • Travail de l’écoute et de la pensée musicale dans une perspective mongole.

Avec cette méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de développer l’art du khöömii sérieusement, en restant au plus près de la pratique traditionnelle et de la réalité mongole.

Conditions de participation

  • Tous publics, aucun pré requis de base (à partir de 18 ans).

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

Johanni Curtet est musicien, ethnomusicologue, pédagogue du chant diphonique et producteur. Formé d’abord par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui vient de D. Tserendavaa dans les steppes de l’Altaï, et B. Odsüren à l’Université des arts et de la culture d’Oulan-Bator. Il enseigne le khöömii pour la Philharmonie de Paris, l’Université Rennes 2, Le Pont Supérieur, DROM ; dans des festivals comme Les Suds à Arles, Les Orientales, pour des musiciens professionnels (Camille), le réseau associatif en pratique amateur, et récemment aux États-Unis dans des universités de la côte est. En dehors de son trio principal, Meïkhâneh, il a joué avec Voix du Sahel (C. Zekri, Y. Moumouni…) ; en trio avec Tserendavaa & Tsogtgerel, dans Urbi&Orbi de Pierrick Lefranc (avec X. Dessandre Navarre, J. Florent, S. Bernardo, J.-B. Henry) ou encore dans l’Opéra électrique Èves futures d’Alain Basso (avec É. Trémolière, L. Tejeda…). En tant que chercheur, il est vacataire et rattaché à l’Université Rennes 2. En 2010, il a participé à l’inscription du khöömii mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO.

En savoir plus : 

http://www.ethnomusicologie.fr/la-sfe/annuaire/userprofile/jcurtet

http://www.routesnomades.fr/

http://www.meikhaneh.com/

 

ISSIAKA KOUYATE & MOUSSA SANOU

OBJECTIF

S’initier à la Kora et aux tambours des griots

CONTENU GÉNÉRAL

  • Présentation géographique, culturelle et ethnique de l’Afrique de l’Ouest
  • La place des instruments traditionnels et de la musique dans la société africaine
  • Histoire des griots et leur place dans la société madingue
  • Présentation des autres instruments traditionnels madingue du répertoire musical : tama, kora, n’goni, balafon
  • Initiation sur le rythme de base symbolisant l’union musicale des pays d’Afrique de l’Ouest et le Mandé
  • Initiation à la Kora et approfondissement au rythme des griots (Djelidon)
  • Initiation au rythme Marakadon
  • Travail d’improvisation et d’échange entre les intervenants et les stagiaires

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Master-class ouverte à tous les niveaux

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Issiaka KOUYATE est un artiste musicien percussionniste né en 1982 à Bobo-Dioulasso au BURKINA FASO. Il est directeur artistique du festival « La Nuit des Griots » à Marseille, des « Rencontres artistiques et Culturelles » à Casablanca (MAROC) et de la formation « Symphonie of Kora ».

Né d’une grande famille de griot mandingue, il a grandi entouré par les artistes reconnus de la famille KOUYATE. Son apprentissage musical est traditionnel. Il assimile les rythmes mandingues qu’il joue à l’occasion de cérémonies populaires. Pendant plusieurs années il parfait sa maîtrise de la musique en intégrant différents centres culturels en Afrique de l’Ouest notamment au MALI, au BURKINA FASO et au NIGER.

Il commence sa carrière en tournant avec quelques groupes de musique et compagnies de théâtre, jusqu’à côtoyer les plus grands dans les festivals européens et les scènes internationales (il participe notamment au festival de la Francophonie avec Adama DRAME).

On dit « un griot n’a pas de frontière », donc, depuis il parcourt le monde pour partager sa culture et s’enrichir de celles des autres, notamment en tant que formateur de musique mandingue dans les écoles, les centres culturels, les festivals et les universités.

Partager un moment avec Issiaka KOUYATE c’est s’immerger dans les rythmes et traditions des Griots.

SHADI FATHI

Objectif

S’initier au monde poétique sufie et musical du kurdistan d’Iran à travers la découverte et la technique des rythmes majeures kurdes attachés au chant qui marque cette tradition, au travers la pratique du daf.

Contenu général 

  • Découverte et l’approfondissement des principaux rythmes kurdes liés au chant, utilisés particulièrement dans la confrérie Ghâdériyeh du kurdistan d’Iran (lignée de maître Khalifeh-Mirza-Agha-Ghowssi)
  • Travail sur les différentes techniques et frappes
  • Travail sur des poèmes de Hafez et de Mowlânâ Rûmi, accompagné par l’ensemble des daf, pour mieux comprendre le lien étroit entre le rythme et la parole dans cette tradition

Conditions de participation

Il est ouvert à des percussionnistes de tout niveau, à partir de 15 ans. Aucun prêt d’instrument n’est possible pendant la durée du stage, chaque stagiaire est donc prié de venir avec son propre daf ou de s’en procurer un avant le stage.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

De famille kurde, Shadi Fathi perpétue l’héritage millénaire de la musique classique persane par une expérience de concertiste au long cours et par un lumineux sens de l’improvisation.

Disciple du grand maître Dariush Talaï, elle maîtrise également les instruments à cordes traditionnels et fait vibrer sa sensibilité sur des percussions digitales comme le zarb ou plus particulièrement le daf, avec un style de jeu dans la lignée de la confrérie Ghâderiyeh du Kurdistan Iranien.

Installée en France depuis 2002 et retournant régulièrement en Iran, Shadi confronte dès lors sa musicalité fleurie aux esthétiques européennes et méditerranéennes, multipliant les collaborations sur disques et sur scène.

Elle a encadré plusieurs stages de musique iranienne et de percussions kurde en France et en Suisse. Avec ces inspirations tutélaires, elle tisse ce fil ténu qui, d’un trait, d’un mot, d’un regard ou d’une note, transperce la beauté et contient dans l’infini détail la puissance de l’universalité. Sa musique navigue dans ses sources vives, de celles qui, fidèles à la poésie soufie, permettent de voir le monde dans une goutte d’eau.

Source photo : Muriel Despiau

RUBEN PAZ

OBJECTIF

Découverte et perfectionnement de la musique populaire cubaine par deux de ses genres le « Chachacha » et le « Son ».

Explication de la naissance de ces genres musicaux : contexte géographique et sociologique , historique et impacte culturel, évolution de l’instrumentation …

CONTENU GÉNÉRAL
Le travail pédagogique portera sur :
> La rythmique
> L’harmonie
> Les voix et chœurs
> L’improvisation pour des instruments solistes dans le Chachacha
> L’improvisation pour la percussion dans le Son
> Un atelier spécifique pour les percussions mineures, plus particulièrement la clave dans le Son et le guïro dans le Chachacha, mais aussi présentation des maracas et chékéré
> S’il y a deux groupes de différents niveaux, le Chachacha sera travaillé par le groupe d’initiation, et le Son par le groupe plus avancé. Les titres seront joués en public

CONDITIONS DE PARTICIPATION
> Tous niveaux acceptés car possibilité de travailler en deux groupes de niveau.
> Un groupe d’initiation et un groupe de perfectionnement. Au niveau des instruments :percussions : batterie, congas, timbales, maracas, clave, guïro, chékéré
> Cuivres : trompette, saxo, clarinette, trombone, flûte traversière
> Cordes : Guitare électrique, acoustique, Tres, basse électrique, contre-basse, violoncelle, violon
> Piano, clavier
> Chants tous niveaux car possibilité de faire des chœurs en phonétique

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE
Parcours

Ruben Paz démarre sa carrière musicale à La Havane (Cuba), sa ville natale, où il est diplômé du Conservatoire Supérieur Amadeo Roldán de La Havane, en  spécialité saxophone, mais aussi dans des disciplines complémentaires comme le piano, l’orchestration, l’harmonie et le contrepoint, et remporte plusieurs prix d’interprétation populaire  et classique.

Très tôt, il intègre des groupes connus à Cuba, sous la direction de maestros tels que José-Luis Cortés, tout en continuant à être professeur dans les écoles de musiques.

En 1998, il s’installe en France, à l’occasion d’une tournée européenne, et collabore  avec des artistes tels que Sergent Garcia, Maurice El Medioni, sur différents projets, concerts en France et à l’étranger, composition, arrangements et enregistrements

En parallèle de tous ses projets artistiques, Ruben à toujours intégré « la transmission » dans son parcours personnel, que ce soit auprès du plus jeune public, dans des programmes éducatifs scolaires ou bien auprès de musiciens en herbe. Il est par exemple intervenu au CFPM de Marseille (Centre de Formation Professionnelle Musique), pour soutenir la mise en œuvre d’un titre original « Salam Marruecos » avec les élèves du centre, apprentissage de différentes techniques inhérentes à la musique cubaine, par le biais de 3 jours de stages intensifs, puis représentation publique avec les élèves.

Il a également participé à une Master-Class, à l’occasion du festival international de percussion de Sousse (Tunisie), à l’Institut Supérieur de Musique de Sousse. Plusieurs élèves de l’institut ont été initiés à la musique traditionnelle cubaine, et 2 titres ont été mis en place avec eux, puis représentation publique.

Créations

Il monte plusieurs projets de formations dont La Bomba (de style musical Timba), puis Neolatino ( fusions Latin-Jazz). En 2011 il crée le groupe « Chévéréfusion », une formation de 10 musiciens dans un style latin-fusion (musique cubaine, jazz, funk). Il sort un album « Amor Virtual » en 2012, avec lequel il se produit dans de nombreux festivals tels que le Tanjazz (Maroc), La Fiesta des Suds (Dock des Sud -Marseille),  Babel Med Music ou bien encore le Festival de Jazz à Calvi. Un deuxième album « Salsa para Todos » est en préparation et sortira en 2018.

 

Maria SIMOGLOU & Ourania LAMPROPOULOU

OBJECTIF

Se former aux chants grecs, modes et modalités dans la musique urbaine et rurale de la Grèce et de l’Asie Mineure. Seront abordés au cours de cette master-class :

  • Les techniques d’improvisation spécifiques à la musique urbaine et rurale de l’Asie Mineure
  •  L’apprentissage des chansons
  •  Le travail sur l’ornementation 
  •  Le style de jeu, la théorie modale (« makam » et « dromos »), 
  •  Les rythmes, 
  •  L’arrangement
  •  Le contexte historique et socioculturel du style

CONTENU GÉNÉRAL

  • Travail de technique vocale : relaxation, respiration et gestion du souffle, échauffement vocal, placement de la voix
  • Apprentissage de chants grecs (Épire, Macédoine, Thrace et Asie mineure) : chants à l’unisson ou polyphoniques, travail du bourdon
  • Travail sur l’interprétation, les ornementations, les rythmes et les techniques d’improvisation 
  • Travail sur les rythmes pour le chant et la danse : écoute du rythme à travers le corps, l’oreille, la parole

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Bonne pratique du chant et de l’instrument (pas de connaissance théorique  nécessaire)
  • Ouvert aux amateurs et professionnels

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

MARIA SIMOGLOU

Chanteuse polymorphe et multi-instrumentiste, compositrice et auteur, Maria Simoglou a plus de 20 ans de présence sur la scène musicale et théâtrale internationale.

Née à Thessalonique en Grèce du nord, elle a la chance de bénéficier d’une double culture musicale, à la fois savante et populaire, grâce au berceau familial gorgé de musiques traditionnelles de Macédoine, Thrace et Asie Mineure et grâce aux études qu’elle a suivi, d’abord au Collège et Lycée musical de Thessalonique, puis au Conservatoire National d’État de Thessalonique (hautbois, ud, qanun, percussion) et enfin à l’académie musicale de Berlin « Hanns Eisler Musikhochschule » dans la branche chant/musique-théâtre auprès de Marion Lukowsky et du Pr. Magdalena Hajossyova. Elle a participé aux stages du chant, entre autres, avec Pr. Barbara Shlich, Pr. Norma Sharp, Thomas Quasthoff, René Jacobs, Spyros Sakkas, etc.

Très tôt elle collabore avec de nombreux groupes et orchestres en Grèce et à l’étranger dans le domaine de la musique traditionnelle, classique et contemporaine. Elle est régulièrement invitée à des concerts, des festivals et participe à des séminaires musicaux, notamment pour la musique du cinéma et du théâtre.

Elle se produit entre autres au Festival d’Avignon, Babel Med Music, Villa Méditerranée, Forum Barcelona, Schwarz-Weiss Festival, Bayer Kultur, Berliner Märchentage (Les jours de conte à Berlin), Deutsche Welle Konzerte, Montalbane Internationale Tage der Mittelalterlichen Musik (Journées Internationales de Musique Médiévale), Alte Musik Treff (Rencontre de la Musique Ancienne), Installation Moon Mirror de Rebecca HORN, DIMITRIA Ethno- Jazz Festival, Cité de la Musique de Marseille, Mandopolis Festival, Les Suds à Arles, Vélo Theatre, l’Abbaye de Sylvanès, Centre Pompidou, etc.

Elle intervient régulièrement à la radio et à la télévision en Grèce, Allemagne, Belgique, Suisse, Luxembourg, Pays-bas, Espagne, Angleterre, France, États-Unis, Australie etc.

Elle participe et collabore à de nombreux concerts et enregistrements aux côtés des chanteurs et musiciens de renommée internationale (Ross Daly, Spyros Sakkas, Stelios Petrakis, Efren Lopez, Maria Thoidou, Socratis Malamas, Bijan Chemirani, Patrick Vaillant, Kevin Seddiki etc.).

Depuis 2011, elle se produit avec la compagnie de théâtre « Mises en Scène » avec laquelle elle a participe à deux différents spectacles: « Bon Appétit » et « La parabole des papillons » (mises en scène de Michèle Addala / dramaturgie avec Gilles Robic).

Elle vit en France, à Marseille, depuis 2008, où elle dirige et intègre différents ensembles. Elle collabore en tant que chanteuse, musicienne ou comédienne dans des spectacles de musique, danse et théâtre traditionnelle et contemporaine.

Depuis 2008 elle donne régulièrement des Master-Classes (DROM, IIMM, FAMDT) et enseigne notamment la technique vocale et corporelle ainsi que le répertoire, l’interprétation, les ornementations, les rythmes et les techniques d’improvisation, spécifiques aux chants grecs et d’Asie Mineure.

Logo Web Maria Simoglou
Logo Facebook Maria Simoglou

OURANIA LAMPROPOULOU

Ourania Lampropoulou est une virtuose étonnante de santouri (cymbalum grec) et un des musiciens les plus multi- facette de sa génération. Etant une figure de proue de son instrument depuis son plus jeune âge, elle continue ce qu’elle a reçu en héritage de son professeur et master de santοurι grec, Tasos Diakogiorgis.

Elle joue régulièrement avec des groupes de musique traditionnelle, contemporaine et du monde, ainsi qu’avec les orchestres symphoniques et ensembles de renommée en Grèce et à l’étranger (durant de nombreuses années, elle a été membre de l’Orchestre de Mikis Theodorakis et collaboratrice de Domna Samiou).

Une étape importante de sa carrière a été 2010, lors de sa venue à Paris et depuis, elle travaille sur l’orchestration et la direction d’orchestre. Son style en santouri et ses vastes connaissances en tant que musicienne est très respecté et demandé: elle a enseigné comme professeur de santouri, de musique d’ensembles et de l’organologie au Département de musique folklorique (IUT d’ Epire), au Département de musique Science et Art (Université de Macédoine) et au Conservatoire national à Athènes / Grèce, ainsi qu’à des Masterclasses internationaux.

Logo Web Ourania Lampropoulou