Maria SIMOGLOU & Ourania LAMPROPOULOU

OBJECTIF

Se former aux chants grecs, modes et modalités dans la musique urbaine et rurale de la Grèce et de l’Asie Mineure. Seront abordés au cours de cette master-class :

  • Les techniques d’improvisation spécifiques à la musique urbaine et rurale de l’Asie Mineure
  •  L’apprentissage des chansons
  •  Le travail sur l’ornementation 
  •  Le style de jeu, la théorie modale (« makam » et « dromos »), 
  •  Les rythmes, 
  •  L’arrangement
  •  Le contexte historique et socioculturel du style

CONTENU GÉNÉRAL

  • Travail de technique vocale : relaxation, respiration et gestion du souffle, échauffement vocal, placement de la voix
  • Apprentissage de chants grecs (Épire, Macédoine, Thrace et Asie mineure) : chants à l’unisson ou polyphoniques, travail du bourdon
  • Travail sur l’interprétation, les ornementations, les rythmes et les techniques d’improvisation 
  • Travail sur les rythmes pour le chant et la danse : écoute du rythme à travers le corps, l’oreille, la parole

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Bonne pratique du chant et de l’instrument (pas de connaissance théorique  nécessaire)
  • Ouvert aux amateurs et professionnels

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

MARIA SIMOGLOU

Chanteuse polymorphe et multi-instrumentiste, compositrice et auteur, Maria Simoglou a plus de 20 ans de présence sur la scène musicale et théâtrale internationale.

Née à Thessalonique en Grèce du nord, elle a la chance de bénéficier d’une double culture musicale, à la fois savante et populaire, grâce au berceau familial gorgé de musiques traditionnelles de Macédoine, Thrace et Asie Mineure et grâce aux études qu’elle a suivi, d’abord au Collège et Lycée musical de Thessalonique, puis au Conservatoire National d’État de Thessalonique (hautbois, ud, qanun, percussion) et enfin à l’académie musicale de Berlin « Hanns Eisler Musikhochschule » dans la branche chant/musique-théâtre auprès de Marion Lukowsky et du Pr. Magdalena Hajossyova. Elle a participé aux stages du chant, entre autres, avec Pr. Barbara Shlich, Pr. Norma Sharp, Thomas Quasthoff, René Jacobs, Spyros Sakkas, etc.

Très tôt elle collabore avec de nombreux groupes et orchestres en Grèce et à l’étranger dans le domaine de la musique traditionnelle, classique et contemporaine. Elle est régulièrement invitée à des concerts, des festivals et participe à des séminaires musicaux, notamment pour la musique du cinéma et du théâtre.

Elle se produit entre autres au Festival d’Avignon, Babel Med Music, Villa Méditerranée, Forum Barcelona, Schwarz-Weiss Festival, Bayer Kultur, Berliner Märchentage (Les jours de conte à Berlin), Deutsche Welle Konzerte, Montalbane Internationale Tage der Mittelalterlichen Musik (Journées Internationales de Musique Médiévale), Alte Musik Treff (Rencontre de la Musique Ancienne), Installation Moon Mirror de Rebecca HORN, DIMITRIA Ethno- Jazz Festival, Cité de la Musique de Marseille, Mandopolis Festival, Les Suds à Arles, Vélo Theatre, l’Abbaye de Sylvanès, Centre Pompidou, etc.

Elle intervient régulièrement à la radio et à la télévision en Grèce, Allemagne, Belgique, Suisse, Luxembourg, Pays-bas, Espagne, Angleterre, France, États-Unis, Australie etc.

Elle participe et collabore à de nombreux concerts et enregistrements aux côtés des chanteurs et musiciens de renommée internationale (Ross Daly, Spyros Sakkas, Stelios Petrakis, Efren Lopez, Maria Thoidou, Socratis Malamas, Bijan Chemirani, Patrick Vaillant, Kevin Seddiki etc.).

Depuis 2011, elle se produit avec la compagnie de théâtre « Mises en Scène » avec laquelle elle a participe à deux différents spectacles: « Bon Appétit » et « La parabole des papillons » (mises en scène de Michèle Addala / dramaturgie avec Gilles Robic).

Elle vit en France, à Marseille, depuis 2008, où elle dirige et intègre différents ensembles. Elle collabore en tant que chanteuse, musicienne ou comédienne dans des spectacles de musique, danse et théâtre traditionnelle et contemporaine.

Depuis 2008 elle donne régulièrement des Master-Classes (DROM, IIMM, FAMDT) et enseigne notamment la technique vocale et corporelle ainsi que le répertoire, l’interprétation, les ornementations, les rythmes et les techniques d’improvisation, spécifiques aux chants grecs et d’Asie Mineure.

Logo Web Maria Simoglou
Logo Facebook Maria Simoglou

OURANIA LAMPROPOULOU

Ourania Lampropoulou est une virtuose étonnante de santouri (cymbalum grec) et un des musiciens les plus multi- facette de sa génération. Etant une figure de proue de son instrument depuis son plus jeune âge, elle continue ce qu’elle a reçu en héritage de son professeur et master de santοurι grec, Tasos Diakogiorgis.

Elle joue régulièrement avec des groupes de musique traditionnelle, contemporaine et du monde, ainsi qu’avec les orchestres symphoniques et ensembles de renommée en Grèce et à l’étranger (durant de nombreuses années, elle a été membre de l’Orchestre de Mikis Theodorakis et collaboratrice de Domna Samiou).

Une étape importante de sa carrière a été 2010, lors de sa venue à Paris et depuis, elle travaille sur l’orchestration et la direction d’orchestre. Son style en santouri et ses vastes connaissances en tant que musicienne est très respecté et demandé: elle a enseigné comme professeur de santouri, de musique d’ensembles et de l’organologie au Département de musique folklorique (IUT d’ Epire), au Département de musique Science et Art (Université de Macédoine) et au Conservatoire national à Athènes / Grèce, ainsi qu’à des Masterclasses internationaux.

Logo Web Ourania Lampropoulou

HENRI AGNEL

OBJECTIF

Plutôt que d’étudier un répertoire en particulier, je vous propose un travail sur des principes musicaux que nous retrouvons dans les musiques des traditions savantes, populaires et médiévales européennes de la Grande Méditerranée : de l’Inde du Nord à la Scandinavie.

Vous ne serez pas qu’interprète mais aussi créateurs « Compositeurs ».
En solo ou en groupe, vous créerez des musiques spontanées infinies. Vous saurez improviser sur des thèmes existants et vous pourrez composer vos propres œuvres.

CONTENU GÉNÉRAL

> L’étude des Modes
La gamme devient mode quand elle a deux notes principales « Finale et Teneur » ce qui lui donne son « Ethos » : son caractère, son sentiment. Modes d’Occident et d’Orient.  Comment jouer avec ?

>L’étude des Rythmes
Travail sur les deux familles de rythmes : rythmes d’imitation de la nature et rythmes mathématiques, géométriques, symétriques et asymétriques.

>L’improvisation
Improvisation mélodique arythmique : prélude (Taqsim, Alap).
Improvisation mélodique rythmique sur un rythme.
Improvisation mélodique arythmique sur un rythme.
Improvisation rythmique sur des percussions. En solo ou dans l’accompagnement

Ce travail est facile d’accès, parce que très logique. On peut pratiquer de façon très simple et on peut compliquer à l’infini.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Elle est ouverte à tous les instruments mélodiques ou de percussions, traditionnels ou modernes et aux voix.
Pas de limite d’âge mais il est préférable de maitriser suffisamment la technique de son instrument ou de sa voix pour profiter des cours.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Parcours
Henri AGNEL
Né à Rabat au Maroc le 17/12/1952 dans la double culture franco marocaine.
Etude à 4 ans du chant et de la Mandoline classique avec son père Jean AGNEL
Etude de l’écriture musicale classique et musique contemporaine « concrète » avec son oncle Aimé AGNEL. Famille proche des musiciens arabo andalous, et des traditions populaires arabes et berbères.
Arrivée en France en 1964.

Etude de guitare classique et guitare électrique au sein de la famille.
En 1969, étude de la guitare classique et flamenca à Oran en Algérie avec José Maria Rodriguez. En 1970, à Paris, fin de cycle d’étude de guitare classique et de composition avec Jacques Florencie Wilmann, qui le fait entrer dans l’ensemble de musique contemporaine

« Musique Vivante » avec Jean Pierre Drouet, Michel Portal, JF Jenny Clarke, Gaston et Brigitte Sylvestre…

En 1975, il entre dans les Ménestriers, ensemble de musiques du Moyen-Âge et de la Renaissance et il se lance dans une étude des musiques orientales qui ont une influence sur les musiques médiévales européennes.
Il retourne rencontrer des musiciens arabo andalous au Maroc, il étudie le Zarb iranien avec Djamchid Chemirani, le Oud sous les conseils de Mounir Bachir, le Rûbab afghan avec Amir Djan, le chant et la rythmique indienne avec Zahid Farani au Pakistan et la musique des Gnaoua avec Si Mohamed Chaouqi.

Il se consacre depuis plusieurs années à la famille ancêtre de la guitare, le Cistre, la Cetera, l’Orpharion et la Pandore en plus du Oud, du Rebec et toujours la guitare. Il est aussi percussionniste au Zarb et percussions marocaines.

Créations

  • Il enregistre plusieurs CD, Les Estampies en Duo avec Djamchid Chemirani (Al Sur), Istanpitta avec Djamchid Chemirani, Henri Tournier, Michael Nick et Idriss Agnel, Cetera « Corsica Cister Song », avec ses élèves professionnels (Casa Edition), « Los Kaminos » avec Milena Jeliazkova, Milena Roudeva et Idriss Agnel (Prix Charles Cros) (Accords Croisés).
  • En tant qu’accompagnateur et arrangeur : 5 CD et concerts avec Angélique Ionatos, CD et concerts avec Misia, Amina Alaoui, Ute Lemper, Houria Aïchi…
    CD avec Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Areski, Didier Malherbe… Soliste au Oud des 2 CD « Mozart l’Egyptien ».

MILENA JELIAZKOVA & MAYA MIHNEVA

Objectif

Pour l’art traditionnel musical bulgare (chants, mélodies instrumentales et danses) le rythme est l’élément le plus important. Il est le point de jonction entre texte, mélodie et pas de danse – le rythme est ce qui unit Poésie, Musique et Danse. Le rythme est considéré par les Bulgares comme le Principe masculin de la musique. C’est un puissant intermédiaire entre l’interprète et le Monde extérieur, le Cosmos et la Nature. L’intonation (la suite tonale de la mélodie), représente quant à elle le Principe féminin de la musique et rend compte de l’état intérieur de l’interprète. Rythme et Intonation sont les deux éléments suprêmes de la mélodie. Celle-ci déterminera à son tour quel type de danse sera utilisé en parallèle.

Milena Jeliazkova, chanteuse professionnelle traditionnelle bulgare, pédagogue et coach vocal, et Maya Mihneva, danseuse traditionnelle bulgare enseignant au Conservatoire des Alpes de Haute-Provence, animent séparément de nombreux stages de chants et danses bulgares en France et à l’étranger, depuis plus de 15 ans. Leur amitié et amour pour la musique et les danses populaires bulgares leur ont donné envie de créer au sein de l’IIMM d’Aubagne cette master-class afin de conjuguer leurs talents et de les mettre au service de celles et ceux désireux de s’initier ou de se perfectionner à ces arts uniques au monde. Elles aborderont toutes les notions exposées ci-dessus lors de cette master-class inédite. Le travail sera mené à la fois en direction de la voix et du corps, et surtout, à l’interaction entre voix, souffle, corps. Seront abordées les notions de posture d’intériorité et d’extériorité, de présence à soi et au monde.

CONTENU GÉNÉRAL CHANTS

  •  Échauffement corporel : Mise en accord, préparation du corps pour trouver les résonances, gestion du souffle, détente et disponibilité, verticalité et horizontalité, ancrage au sol, écoute intérieure, concentration, énergie.
  • Exploration des timbres : Placement de la voix (spécificités selon les hauteurs), gestion du son, travail sur les voyelles, articulation, voix parlée et chantée.
  • Approche polyphonique : Travail sur les intervalles (secondes, tierces, quintes) et les accords, gestion de la « gêne ».
  • Travail sur les rythmes impairs : gestion du souffle et spécificités.

CONTENU GÉNÉRAL DANSES

  • Préparation corporelle : gestion du souffle, détente et disponibilité, verticalité et horizontalité, ancrage au sol, écoute intérieure, concentration, énergie.
  • Travail sur l’axe, les appuis, la suspension, sur les spécificités de chaque danse abordée
  • Apprentissage des danses par imprégnation et observation : approche du style – danses d’ensemble, en cercle, en chaîne, danses d’improvisation – en rythme pair et impair.

CONTENU GLOBAL

L’interprétation : travail sur l’expression vocale et dansée conciliant technicité et identité artistique, immédiateté des perceptions, relation à soi et aux autres, exploration des sensations et de l’imaginaire afin de servir l’interprétation.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

La master-class est ouverte aux chanteurs et danseurs débutants et confirmés, la bonne oreille et la justesse chantée sont néanmoins indispensables.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIES

MILENA JELIAZKOVA

Bulgare et citoyenne française, Milena JELIAZKOVA commence ses études de piano et de chant à l’âge de six ans auprès de Kristina Boeva, professeur émérite de l’Académie des Arts Musicaux de Plovdiv. Parallèlement elle suit des cours de chants et danses traditionnelles avec sa mère, chanteuse et danseuse dans « Ensemble TRAKIYA » (Thrace). Après huit ans de formation à la fois classique et traditionnelle dans son pays, elle s’est consacrée au rythm & blues pendant trois ans, et s’est investie, en France, avec BALKANES, quatuor de polyphonies bulgares a cappella, dans le chant traditionnel bulgare et l’univers des chants sacrés slavons et byzantins. Diplômée de l’ARSEC/NACRe (MASTER 2 en management culturel), elle a mené des recherches sur le chant traditionnel bulgare en tant que vecteur de conservation de l’identité collective bulgare, et a travaillé auprès du directeur de l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon et pour l’Ensemble de musique baroque Le Concert de l’Hostel Dieu, en tant que chargée de communication et de diffusion. Milena chante depuis 1997 au sein du quatuor Balkanes qui se produit sur des scènes nationales et internationales en France, Suisse, Italie, Bulgarie, Tunisie, Allemagne, USA, Canada… et lors de nombreux festivals. Ses goûts musicaux éclectiques l’ont amenée à s’intéresser de plus en plus aux chants traditionnels du monde en général et aux techniques de chant diverses qui s’y attachent. Depuis 2006, elle crée avec Jean-Pierre Caporossi et Tony Canton le projet KËF – élektro Balkans. Milena chante également dans la Cie Henri AGNEL, qui explore les répertoires méditerranéens médiévaux et contemporains et avec laquelle elle tourne en France et à l’étranger. En 2017, elle co-fonde SIBYLLES TRIO avec Françoise ATLAN et Milena ROUDEVA. Elle compose et réalise des arrangements pour les quatre ensembles, co-anime de stages vocaux à destination de tous les publics, enseigne le chant bulgare à l’Institut International des Musiques du Monde et propose du coaching vocal et scénique aux chanteurs débutants et confirmés (diplômée d’Harmoniques, Paris.)

Expériences : Depuis 2003, ateliers animés auprès d’Agences Musiques et Danses de différentes régions de France (Centre, Bretagne, Rhône-Alpes, Alsace, Pays Basque…) et à l’étranger – Suisse, Mayotte, USA. Stages auprès de Conservatoires de Rayonnement Régional et d’écoles de Musique, à la demande d’organismes tels que le CEPRAVOI (www.cepravoi.fr), centres vocaux privés, de chefs de choeur professionnels et amateurs, théâtres et festivals de musique sacrée et du monde. Projet sur 6 mois, en 2019, avec la Maîtrise de la Loire – direction du Grand Choeur de 90 personnes à l’occasion de Plovdiv – Capitale Européenne de la Culture 2019. Pédagogue régulière auprès de l’Institut International des Musiques du Monde, Aubagne (www.iimm.fr).

MAYA MIHNEVA

Née et grandie en Bulgarie, pays aux riches traditions, Maya débute la danse dès ses premières.

Suite à l’obtention du diplôme de danses bulgares à Plovdiv, Maya intègre l’Ensemble d’État Bulgare de musiques, chants et danses « Sévernyashky », et se produit régulièrement en Europe et en France : Casino du Paris, Café de la Danse, CNIT Paris la Défense.

Installée en Provence, elle participe de 2000 à 2013 à l’action de l’ARCADE – PACA en faveur des danses traditionnelles, sociales et du monde. Parallèlement l’ADAC 04 lui confie une mission sur le développement et la valorisation des danses dans le département.

Diplômée en Master 2 « Management des Organisations et des Manifestations Culturelles » à l’IMPGT (Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale) d’Aix-en-Provence, Maya oeuvre efficacement à l’accomplissement d’événements à rayonnement régional et national, valorisant le territoire des Alpes de Haute-Provence.

Maya est sollicitée par les CRR de Limoges et d’Avignon, la Régie Culturelle Régionale – PACA,  ARCADE – PACA, Centre Chorégraphique de la ville de Strasbourg, et enseigne depuis 2004 au Conservatoire des Alpes-de-Haute-Provence.

Diplômée en Master 2 « Théorie et Pratiques des Arts Vivants » à l’Université de Nice Sophia Antipolis, l’artiste mène de nombreux projets pédagogiques et artistiques, intègre  en 2018 l’IIMM d’Aubagne (l’Institut International des Musiques du Monde) et fonde le cursus en « Danses de Bulgarie, codées & improvisées ».

Danseuse et chorégraphe, Maya partage l’univers scénique avec des artistes d’excellence de différentes cultures : Isabelle Courroy, Milena Jelyazkova, Mariyana Pavlova, Maitryee Mahatma, les groupes AKSAK & MELISMA. La complicité entre Maya et Isabelle Courroy, joueuse de kaval, lui permet d’explorer le riche répertoire des danses de Bulgarie, de les chorégraphier et les mettre en scène avec un regard contemporain.

Dans le cadre de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la Culture, pour l’événement « Le Monde est chez nous », la Région PACA lui confie une création.  « TovaE » réunit près de 50 danseurs et musiciens, menés sous la direction artistique conjointe de Maya Mihneva pour la danse et d’Isabelle Courroy pour la musique.

Le film documentaire « Au diapason du monde », témoin du projet, est réalisé par Catherine Catella à partir des portraits d’artistes emblématiques. Il témoigne de la riche diversité culturelle en terre provençale, et dresse parmi eux, le portrait de Maya Mihneva, une artiste lumineuse et engagée.

Logo Web Balkanes
Logo Facebook Balkanes
Logo_YouTube Balkanes

ISABELLE COURROY

OBJECTIF

Se former et se perfectionner au jeu des flûtes obliques kaval jouées des Balkans à l’Anatolie en s’immergeant dans la transmission orale.

CONTENU GÉNÉRAL

> Les flûtes kaval dans la grande famille des flûtes obliques.
Ressemblances et divergences.
> Exploration des particularités stylistiques.
Les différentes techniques de vibrato et d’ornementation.
> Travail des répertoires. Focus sur les régions d’Anatolie, de Thrace bulgare et grecque.
> Les rythmes irréguliers, le rapport au chant et à la danse dans la musique des Balkans.
> Pratique des modes utilisés dans le répertoire des flûtes kaval et de l’improvisation modale.
> Approche de la respiration circulaire adaptée aux embouchures libres des flûtes obliques.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

> Âge minimum : 15 ans
> Ouvert aux instrumentistes ayant un kaval
> Instrument préconisé : Kaval de type bulgare en ré  / tous les instruments
Possibilité de se construire son propre instrument en début de stage
> Niveau minimum : Maîtriser l’émission du son dans les flûtes obliques

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Parcours
Instrumentiste transfuge de la flûte traversière contemporaine dont elle a suivi le parcours de concertiste, Isabelle Courroy s’est saisie d’une flûte oblique ancestrale jouée en Europe orientale et Asie occidentale, appelée kaval.
De cet instrument, dont elle privilégie la version oblique pour sa liberté d’embouchure, sa palette sonore rare et ses qualités mélismatiques, elle s’est faite pionnière en Europe occidentale. Elle en a féminisé le jeu et développé sa plasticité novatrice. Par la mise en tension des différentes esthétiques qui continuent de marquer son parcours, elle ouvre de nouvelles voies de création.
Auteure, arrangeure et compositeure, elle écrit également pour la danse, le théâtre et le cinéma. Elle œuvre également dans le domaine de la lutherie et accorde une place importante à la transmission.

Formation initiale

Parallèlement à ses études d’Histoire de l’art et de philosophie, Isabelle Courroy a étudié la flûte traversière auprès de Maître G. Crunelle, professeur honoraire au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Elle a obtenu sa Médaille d’Or au Conservatoire national à rayonnement régional de Marseille dans la classe de Jean-Louis Beaumadier.  Au sein de l’orchestre Musicatreize sous la baguette de Roland Hayrabedian, elle a la chance de suivre la direction artistique de Maurice Ohana, à l’occasion de l’enregistrement du Llanto por Ignacio Sanchez Mejias (Victoires de la musique et Choc du Monde de la Musique 1992). Cette rencontre avec le compositeur qui admirait tant le cante jondo de García Lorca marquera fortement son parcours.

Sa discographie est saluée par L’ Académie Charles Cros, les Victoires de la Musique, Diapason d’or, ffff de Télérama – Choc du Monde de la Musique – Bravo !!!! Trad Mag

Créations en cours

  • LOXIAS – Souffles de cristal (2018)
    Une performance solo sur instruments de cristal.
    En 2016, Isabelle Courroy s’engage avec Christian Zagaria, info-scéno-plasticien, dans l’écriture du projet Kaval de cristal : solo musical et graphique mettant en scène lumière, transparence et degrés d’opacité.
    Pour cette création, elle se lance auprès de Ludovic Petit, verrier scientifique, dans la facture d’instruments de cristal, matière dont une des propriétés physiques majeures est d’être conductrice de lumière.
    Création le 9 février 2018 à la Cité de la Musique de Marseille.
  • Création avec Bruno Allary et Patrick Boucheron (2018) 
    Création le 26 mai 2018 au Théâtre national de Marseille – La Criée dans le cadre du festival « Oh les beaux jours ! ».
  • Melizma (à partir de 2017)
    Un projet de création à géométrie variable qui prend forme dans l’oblicité des flûtes d’Europe orientale et d’Asie centrale et le regard qu’en porte aujourd’hui Isabelle Courroy.
  • Kavaldjistan – Terres de kavals (2018-2019)
    Un grand rassemblement autour des flûtes obliques – ressemblances et divergences, transmission et création.

Concerts 

  • Avec la Cie Rassegna

– Il sole non si muove
Diffusion et création phonographique avec l’Ensemble Multitudes de la Cie Rassegna. Il sole non si muove (Sylvie Paz, Carine Lotta, Carina Salvado, Fouad Didi, Philippe Guiraud, Bruno Allary et Mireille Collignon, violiste invitée) se penche sur la circulation des chansons profanes au sein du bassin méditerranéen et jusqu’en Angleterre au XVIe siècle.
> Éditions : Buda Musique. Distribution : Socadisc & Believe digital. MCE Productions. Direction artistique : Bruno Allary.
> Concerts : Abbaye de Sylvanès, Le Rayol, Congrès de la FAMDT, festival Au Fil des Voix, festival Le Fruit des Voix, festin musical de Sainte-Croix-en-Jarez, festival de Calvi…

  • Avec Shadi Fathi

– L’immobile voyage
En duo avec Shadi Fathi (Sétar, daf, zarb) et trio avec Wassim Halal (percussions). Répertoire de compositions originales et arrangements personnels.
> Concerts : Les Suds à Arles, festival De Bouche à Oreille à Parthenay, Les Joutes Musicales de Correns, Aux heures d’été à Nantes…

  • Avec les musiciens du Collectif AKSAK

Le quintette Aksak – Musiques créatives des Balkans
Avec Philippe Franceschi, Christiane Ildevert, Patrice Gabet et Lionel Romieu, Isabelle Courroy creuse le sillon des musiques d’Europe orientale et balkanique depuis 1989.
> 7e album du groupe : Les Artisans du temps (sortie printemps 2017 aux Éditions Absilone, Distribution Socadisc & Believe digital, Production Sur le Pont).
Autres albums : De l’Europe centrale à la Méditerranée orientale, Les Oiseaux migrateurs, Florina, Noëls des Balkans avec Bijan Chemirani et Erika Taznady, L’Oreille du voyageur, Portraits. 

Panselinos (musiques traditionnelles grecques).
Depuis 1999 aux côtés de Georges Mas, Benoît Capron et Lionel Romieu, Jérôme Salomon et Katerina Cael Karagiani.
> Concerts : nombreuses manifestations pour la communauté grecque des Bouches du Rhône avec Hiphaistia. Création Kumpania Massalias (2015) avec Vanghelis Dimoudis et Maria Simoglou.

  • Avec Françoise Atlan
    Entre 1996 et 1998, aux côtés de Keyvan Chemirani, Isabelle Courroy accompagne Françoise Atlan pour les réalisations discographiques Noches et La Rose et le jasmin.
    > Récompenses : Choc du Monde de la Musique, Diapason d’Or et ffff de Télérama.

Créations transversales 

  • Avec la musique ancienne
    Isabelle Courroy intègre en 2014 l’ensemble Canticum Novum, basé à Saint-Étienne. Avec cet ensemble protéiforme, elle participe à la diffusion des programmes TOPKAPI, musiques à la cour de Soliman le Magnifique et Aashenayi  (rencontre en langue persane). Elle enregistre la création Aashenayi, parue aux éditions Ambronay en 2014. En 2016, aux côtés des voix de Gulay Hacer (Turquie), Maria SimoglOu (Grèce) et Emmanuel Bardon, elle participe à la création des programmes T(h)races au Festival de Puteaux et Emzara à Noirlac.

> Concerts : Festival de Radio France de Montpellier, Festival de musiques sacrées de Perpignan, Festival d’Ambronay, Festival de musique ancienne de Vanves, Festival de Pontoise, La Folle Journée de Nantes en 2015.

  • Avec la musique contemporaine
    Zad Moultaka l’invite à un travail d’improvisation dirigée en compagnie du joueur de kementché arménien Gagik Mouradian. Cette résidence aboutit à 13 Haiku créés à la Fondation Royaumont. À l’issue de cette création en 2015,  Zad Moultaka compose à son intention Zaïb Rouwakou, pièce pour kaval et sons fixés.

Dans le cadre du duo L’Églantine et la rose qu’elle forme avec Djamchid Chemirani (zarb), elle commande  une pièce pour kavals, flûtes et sons fixés au compositeur Zad Moultaka : Vent III, Le Vent souffle où il veut, (création Fondation Royaumont 2007).

  • Contretemps (création 2018 avec Bruno Allary et Patrick Boucheron)

www.kaval.org

JÉRÉMIE ABT

OBJECTIF

Le gamelan Gong Kebyar est un ensemble instrumental traditionnel balinais composé de métallophones en bronze ou en fer, de gongs, de flûtes et de tambours joué par un groupe constitué d’une vingtaine de musiciens. C’est un instrument collectif, une entité indivisible et unique, tous les éléments qui le composent ont été accordés ensembles par un même pande (facteur). Créé au début du XXème en réunissant des éléments d’anciens gamelans, il est le plus polyvalent, pouvant jouer tous les répertoires de cour, rituels, ou de divertissement. Les danses que le gamelan accompagne s’inspirent le plus souvent des grandes épopées hindouistes Mahâbhârata et Ramayana, des légendes javanaises de Panji et des chroniques royales balinaises babad. Il y a plus de 1500 gamelans sur Bali, tous répondant à la demande constante de l’activité quotidienne -rituelle ou non- sur la petite île hindouiste. Les groupes sont constitués des membres d’une même communauté villageoise ou bien de plusieurs villages différents. La transmission orale et collective de l’instrument et une technique instrumentale réduite permettent une pratique immédiate par tous, musiciens débutants ou expérimentés. Par la coordination exigée de ses membres, l’organisation déductive de la musique, l’interdépendance des différentes parties jouées, la complémentarité des sons, les membres d’un gamelan font l’expérience du « corps collectif ». La musique de Bali est virtuose, véloce et contrastée dans ses variations vertigineuses de vitesses, de débits et de dynamiques. C’est l’art des nuances, des attaques, des résonances et de la coordination; Une de ses caractéristiques importantes est celle du hoquet, ou de l’entrelacement de deux parties musicales distinctes pour former une seule mélodie (connue à Bali sous le nom de kotekan), qui a atteint à Bali à un niveau de complexité sans précédent ailleurs dans le monde.

CONTENU GÉNÉRAL

Technique instrumentale du gamelan : postures, étouffements des lames, tenue des différents panggul (marteaux), sons et techniques de jeu.
• Facture de l’instrument: les différents Ricik (éléments), dispositions du gamelan, les modes Pelog et slendro.
Outils de transmission orale: lexique des termes musicaux, vocalisation des notes / mélodies / rythmes, gestes de direction, déduction des parties.
• Les différents types de kotekan (entrelacement de mélodies): construction, variations, applications, ornements.
Architecture de la musique de gamelan: fonctionnement des strates, textures, fonctions des Ricik
• Répertoires instrumentaux et dansés
Réalisation d’un Gilak, musique rituelle et d’un balaganjur, musique de procession martiale déambulatoire.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Stage ouvert à tous, sans pré-requis, à partir de 14 ans. Le gamelan permet d’associer des niveaux très différents, selon les postes occupés.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Jérémie Abt intègre la classe de percussion du CRR de Rueil-Malmaison, dans laquelle il découvre et explore le répertoire contemporain et le théâtre musical, sous la conduite d’Eve Payeur. Un puissant attrait pour les musiques traditionnelles l’amène a étudier le zarb, tambour iranien, avec le trio Chémirani, ainsi que le gamelan Gong kebyar, ensemble de percussions de Bali, ou il séjourne régulièrement.

Ses activités diverses reflètent l’éclectisme de son parcours : Il collabore régulièrement avec Eclats, compagnie de musique contemporaine pour le jeune public, l’ensemble de musique contemporaine Cbarré, Nicolas Frize, le choeur contemporain Musicatreize, le percussionniste Wassim Halal.

Sa passion pour le zarb iranien s’épanouit dans des contextes toujours différents, tel que le théâtre musical avec Braz Bazar, le duo qu’il forme avec le percussionniste Bastian Pfefferli, l’improvisation avec la comédienne Sonia Masson, et le trio NIM.

Son intérêt grandissant pour les musiques de Bali l’amène à co-fonder le groupe de gamelan Puspawarna à l’ambassade d’Indonésie à Paris, ainsi qu’à diriger celui de Marseille, Bintang Tiga, celui de l’association Orfeo à Voiron, Sekar Sandat, et à animer des formations gamelan à la Philharmonie de Paris.

Sissy ZHOU

OBJECTIF

S’initier à la pratique du gu zheng et à la culture traditionnelle chinoise.

CONTENU GÉNÉRAL

  • Initiation au gu zheng (pour les débutants)
  • Maîtrise du gu zheng en groupe et travail de divers styles de musique (pour les initiés au gu zheng)
  • Histoire de la musique traditionnelle chinoise et ses instruments : initiation au solfège chinois, au gu qin, tambour chinois, chant chinois (en partitions chinoises)
  • Découverte de la culture traditionnelle chinoise : histoire de la Chine ancienne,  philosophie chinoise (respiration et énergie, cérémonie du thé, initiation au qi gong, médecine chinoise, culture du Yi Jing, philosophie taiji…)

CONDITIONS DE PARTICIPATION

  • Être sensibilisé à la culture et/ou philosophie asiatique
  • Apporter son propre gu zhen si possible
  • Ouvert également à tout autre instrument
  • Patience et attention seront de vigueur
  • Une photo des mains (dessus et paumes)

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Native de Wuhan, berceau de la musique traditionnelle chinoise, Sizzy Zhou a, dès l’âge de 6 ans, suivi l’apprentissage du gu zheng, cette imposante cithare à corde pincées dont l’origine remonte à plus de 4 000 ans.

À seulement 13 ans, elle décroche le certificat dʼexcellence au plus haut niveau du conservatoire. À 17 ans, elle est la première de sa province à obtenir celui de lʼUniversité de Pékin pour son instrument. Sissy Zhou remporte ensuite de nombreux concours organisés par l’Académie de Musique de Chine, la télévision chinoise et le Gouvernement Chinois. C’est également à cet âge qu’elle commence à enseigner le Gu Zheng. Nombreux sont ses élèves à avoir à leur tour obtenu la Médaille d’Or au concours national.

Après l’obtention de sa licence en Chine, Sissy ZHOU obtient la bourse «Eiffel» par le Ministère des Affaires Étrangère français. Elle part ainsi en France pour poursuivre ses études en «Master d’administration des institutions culturelles » à Arles et Aix-en-Provence. Durant ses études, elle donne des concerts afin de promouvoir et diffuser la musique traditionnelle et la culture chinoise.

Une fois le diplôme obtenu, Sissy ZHOU se rend aux États-Unis où elle intègre l’Alliance Française tout en poursuivant sa carrière de concertiste.

Parallèlement, elle devient durant 2 semestres professeur de Gu Zheng à l’Université de Floride. Elle occupe également le poste de Directrice de l’Ensemble de Musique Chinoise à la Faculté de Musique de l’Université de Floride (2011 à 2012).

Elle décide ensuite de revenir en France où elle se produit à d’innombrables festivals de renommée internationale. Par sa sensibilité troublante et sa maîtrise approchant l’excellence, cette jeune chanteuse instrumentiste offre une plongée unique dans le royaume de la grande Chine antique.

Elle donne par ailleurs des cours et organise des ateliers autour de la musique chinoise. Aujourd’hui, elle enseigne le Gu Zheng à la Cité de la Musique en direction des amateurs et en direction des professionnels à l’Institut International des Musiques du Monde.

Logo Web Sissy Zhou
Logo Facebook Sissy Zhou
Logo_Soundcloud_2 Sissy Zhou

En collaboration avec Arts et Musique en Provence

Fouad DIDI

Objectif

Apprentissage des sources du chant et de la musique arabo-andalous

La musique arabo-andalouse a connu un essor important pendant la période de l’Espagne dite des trois cultures « El Andalus ». Après la chute de Grenade, cette musique a trouvé refuge au Maghreb.
Actuellement, la musique arabo-andalouse tient une place importante en Europe par le biais de son enseignement au sein des structures institutionnalisées (CNRR, CNR, Écoles de musique). Le contexte géographique favorise également la demande d’apprentissage et de découverte des sources de cette musique qui est à la fois une culture et une grande civilisation.

Contenu général 

  • Enseignement sur les subtilités de la nouba
  • Présentation et apprentissage des différents maqam
  • Introduction aux différents répertoires de ma musique arabo-andalouse : hawzy, chaabi, melhoun, malouf
  • Travail sur l’analyse de l’écoute d’extraits sonores 

Conditions de participation

  • Aucune contrainte pour ce stage car l’enseignement est basé sur l’oralité ainsi que la phonétique et la traduction des chants.
  • Ouvert aux chanteurs et instrumentistes (violon, mandole, mandoline, oud, percussions).
  • Niveau : 5 ans minimum de pratique

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

Né à Tlemcen en Algérie, Fouad Didi chante, joue du violon et du oud depuis son enfance. Investi au sein d’associations tlemcéniennes, toutes se prévalant de l’héritage du Cheikh Larbi BenSari, il étudie le répertoire et la technique des maîtres Abdelkrim Dali et Redouane BenSari. Cheikh BenSari, Cheikh Mustapha Brixi, Cheikh Ahmed Malti ainsi que Cheikh Salah Boukli Hacene l’encouragent dans sa soif d’apprendre. Yahia Ghoul attise sa passion pour le violon, qui devient alors son instrument de prédilection, même s’il poursuit à jouer de la mandoline et du oud.
Après de nombreux concerts donnés en France et à l’étranger, il est reconnu comme étant l’un des plus brillants représentants de la musique arabo-andalouse. Chez lui, art de la musique et art de la parole sont intuitivement liés. Son jeu est limpide et chaleureux mêle sens et sensations. Titulaire du Diplôme d’État (D.E) et du Certificat d’Aptitude de Musiques Traditionnelles (C.A), il enseigne la musique arabe-andalouse au Conservatoire de Toulon (CNRR) et à la Cité de la Musique de Marseille où il anime des formations, master-classes et ateliers.
Dans le respect de la tradition orale ancestrale, il a fondé l’Ensemble Tarab, orchestre spécialisé dans le répertoire classique arabo-andalou.

Logo Facebook Fouad Didi
Logo_Myspace Fouad Didi

PIERRE-MARIE CHEMLA

OBJECTIF

Découvrir  et s’initier aux formes musicales archaïques contenues dans les premiers manuscrits occidentaux.

CONTENU GÉNÉRAL

Le répertoire des chrétiens d’occident est riche des formes musicales carolingienne, mozarabe, romaine, africaine et orientale. Elles témoignent chacune d’un tempérament propre.

Ces formes archaïques contenues dans les premiers manuscrits musicaux occidentaux  du IXéme siècles méritaient d’être restituées dans leur texture primitive. L’anthropologie  médiévale et l’ethnomusicologie appliquée permettent de réaliser ce travail de recréation.

  • Présentation géo-historique du répertoire dit « Grégorien »
  • Les lois de la modalité
  • Aperçu sur la chironomie (gestique associée au chant) et ses liens avec l’écriture neumatique
  • Eléments formulaires et « chant long »
  • Travail respiratoire et quiétude intérieure
  • Mémorisation de pièces types dans différents modes
  • Elaboration d’un chant modal et improvisation
  • Ecoute des autres traditions musicales
  • Accompagnement du chant et répertoire rythmique pour les instrumentistes

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Bonne pratique du chant (pas de connaissances théoriques nécessaires).
Les instrumentistes confirmés sont aussi les bienvenus qu’ils soient lecteurs ou non lecteurs (des partitions seront néanmoins disponibles).

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Musicien de formation classique, Pierre-Marie Chemla entreprend à l’âge de vingt-neuf ans l’étude des musiques persane et indienne, et reçoit le choc musical qui va déterminer la suite de sa carrière. Il travaille le chant auprès de maîtres de musique savante (essentiellement avec Dariush Talaï).

En 1989, grâce à l’appui des Châteaux de la Drôme, il organise une rencontre « Orient-Occident », réunissant des musiciens de l’Inde du Nord, d’Iran et d’occident (chant grégorien). Il choisit alors de se plonger dans le travail de restitution et de restauration  de ce chant grégorien dont il pressent l’immense richesse.

Il est également l’auteur de conférences : « Introduction à la musique de l’Inde du Nord, De la sémiologie Grégorienne à l’anthropologie musicale, Chant Grégorien trésor contemporain, Le Manuscrit d’Apt dans l’univers médiéval, L’improvisation dans les répertoires Médiévaux », données successivement au CNR de Nice, au congrès des professeurs de formation musicale au CNR de Marseille au forum de la FNAC à Marseille, dans le cadre de  Musique au temps des Papes (Avignon– Octobre 2002) et au GRIM à Marseille ( juin 2006).

Pierre-Marie Chemla poursuit depuis vingt cinq ans son travail sur les répertoires médiévaux qu’il interprète à la lumière des musiques traditionnelles avec lesquelles il s’est familiarisé.

Il est membre de l’ensemble ORGANUM, fondateur des «Orients Musicaux » et de l’ensemble JUBAL dont il est le directeur artistique.

 

JOHANNI CURTET

Objectif

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une seule voix ? Un khöömiich (diphoneur ou diphoneuse mongol(e)) peut, à lui ou elle seul(e), émettre un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques entourée de diverses résonances. Cette acrobatie de la voix semble virtuose, mais elle est accessible à tous si on nous en donne les clés. N’importe qui peut être initié au chant diphonique (khöömii).

Contenu général

  • Éléments théoriques propres à sa démarche ethnomusicologique (avec enregistrements et images à l’appui)
  • Exercices de musculation des lèvres, de la langue
  • Gestion particulière du souffle
  • Contrôle du son avec et sans diphonie
  • Enrichissement du timbre vocal, recherche d’un timbre guttural
  • Travail de l’écoute et de la pensée musicale dans une perspective mongole.

Avec cette méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de développer l’art du khöömii sérieusement, en restant au plus près de la pratique traditionnelle et de la réalité mongole.

Conditions de participation

  • Tous publics, aucun pré requis de base (à partir de 18 ans).

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

Johanni Curtet est musicien, ethnomusicologue, pédagogue du chant diphonique et producteur. Formé d’abord par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui vient de D. Tserendavaa dans les steppes de l’Altaï, et B. Odsüren à l’Université des arts et de la culture d’Oulan-Bator. Il enseigne le khöömii pour la Philharmonie de Paris, l’Université Rennes 2, Le Pont Supérieur, DROM ; dans des festivals comme Les Suds à Arles, Les Orientales, pour des musiciens professionnels (Camille), le réseau associatif en pratique amateur, et récemment aux États-Unis dans des universités de la côte est. En dehors de son trio principal, Meïkhâneh, il a joué avec Voix du Sahel (C. Zekri, Y. Moumouni…) ; en trio avec Tserendavaa & Tsogtgerel, dans Urbi&Orbi de Pierrick Lefranc (avec X. Dessandre Navarre, J. Florent, S. Bernardo, J.-B. Henry) ou encore dans l’Opéra électrique Èves futures d’Alain Basso (avec É. Trémolière, L. Tejeda…). En tant que chercheur, il est vacataire et rattaché à l’Université Rennes 2. En 2010, il a participé à l’inscription du khöömii mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO.

En savoir plus : 

http://www.ethnomusicologie.fr/la-sfe/annuaire/userprofile/jcurtet

http://www.routesnomades.fr/

http://www.meikhaneh.com/

 

SHADI FATHI

Objectif

S’initier au monde poétique sufi et musical du Kurdistan d’Iran à travers la découverte et la technique des rythmes majeurs kurdes, attachés au chant qui marque cette tradition, à travers la pratique du daf.

Contenu général 

  • Découverte et approfondissement des principaux rythmes kurdes liés au chant, utilisés particulièrement dans la confrérie Ghâdériyeh du Kurdistan d’Iran (lignée de maître Khalifeh-Mirza-Agha-Ghowssi)
  • Travail sur les différentes techniques et frappes
  • Travail sur des poèmes de Hafez et de Mowlânâ Rûmi, accompagné par l’ensemble des dafs, pour mieux comprendre le lien étroit entre le rythme et la parole dans cette tradition.

Conditions de participation

Cette master class est ouverte à des percussionnistes de tout niveau, à partir de 15 ans. Aucun prêt d’instrument n’est possible pendant la durée du stage, chaque stagiaire est donc prié de venir avec son propre daf ou de s’en procurer un avant le stage.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

De famille kurde, Shadi Fathi perpétue l’héritage millénaire de la musique classique persane par une expérience de concertiste au long cours et par un lumineux sens de l’improvisation.

Disciple du grand maître Dariush Talaï, elle maîtrise également les instruments à cordes traditionnels et fait vibrer sa sensibilité sur des percussions digitales comme le zarb ou plus particulièrement le daf, avec un style de jeu dans la lignée de la confrérie Ghâderiyeh du Kurdistan Iranien.

Installée en France depuis 2002 et retournant régulièrement en Iran, Shadi confronte dès lors sa musicalité fleurie aux esthétiques européennes et méditerranéennes, multipliant les collaborations sur disques et sur scène.

Elle a encadré plusieurs stages de musique iranienne et de percussions kurde en France et en Suisse. Avec ces inspirations tutélaires, elle tisse ce fil ténu qui, d’un trait, d’un mot, d’un regard ou d’une note, transperce la beauté et contient dans l’infini détail la puissance de l’universalité. Sa musique navigue dans ses sources vives, de celles qui, fidèles à la poésie soufie, permettent de voir le monde dans une goutte d’eau.

Source photo : Muriel Despiau

POLYPHONIES BULGARES A CAPELLA

Milena JELIAZKOVA – Milena ROUDEVA – Martine SARAZIN – Anne MAUGARD 

En concert en 2019 : le 19 septembre à Gênes – Palazzo Tursi (It).

PROPOS ARTISTIQUE

BALKANES est né en décembre 1996 de la rencontre de quatre jeunes femmes. Issues d’horizons différents, elles se sont réunies pour créer un répertoire original à partir des chants traditionnels des Balkans.

Deux vraies Bulgares, lyonnaises d’adoption, et deux Lyonnaises, bulgares dans l’âme, se sont retrouvées, comme autour d’un feu, pour évoquer la vie d’autrefois, la nostalgie, l’amour.

Tantôt mélancoliques ou espiègles, ces quatre femmes alternent subtilement la pureté angélique de leurs voix et les rythmes endiablés des mélodies pour défricher le riche répertoire bulgare, celui des chants de la terre puisés aux sources de la tradition orale.

Quatre voix féminines, aux timbres fascinants s’enchevêtrent, s’envolent, effleurent les cimes ou glissent vers les graves les plus sombres, pour s’immerger dans un univers musical chatoyant, venu d’ailleurs.

Elles offrent généreusement des histoires aux accents tragiques et des récits pleins d’humour, ciselant la tradition à leur image. L’humour et l’émotion traversent les frontières, et la magie s’installe…

> PROGRAMME APOLONIA… ou les chants du Jardin de la Vie

> PROGRAMME MESSEMVRIA… chants profanes et sacrés de l’ancienne Bulgaria

> PROGRAMME CHANTS SEFARADES EN TERRES BALKANES (avec Jérôme SALOMON)

> EXTRAIT VIDÉO

> EXTRAITS DE PRESSE

> SITE INTERNET

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

ET MYRIAM CHANTA…

✦ Françoise ATLAN ✦

PROPOS ARTISTIQUE

Chants de femmes, sacrés et profanes

La soprano Françoise Atlan, prestigieuse interprète des musiques judéo-espagnole et judéo-andalouse nous invite à voyager au sein des Andalousie médiévales plurielles et magnifiques, tissant ainsi une broderie poétique et musicale d’un raffinement extrême, nous plongeant,le temps d’un concert, dans l’univers unique de l’Espagne des Trois Cultures, autour de la figure de Marie, célébrée dans les langues hébraïque, arabe ,araméen et castillane… chants sacrés et profanes, entre joie et recueillent, ponctuant les chants d’intermèdes poétiques et textes de sa composition.

> BIOGRAPHIE

> EXTRAIT VIDEO

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

CHANT DE L’AURÈS

✦ Houria AÏCHI ✦

PROPOS ARTISTIQUE

Le répertoire poétique chanté dont s’inspire Houria Aïchi est considérable. Elle tient ces textes, chantés soit en arabe soit en berbère, de sa grand-mère et de sa mère. S’ils sont transmis de génération en génération, l’improvisation n’y est pas absente. Ces poèmes, abordant une diversité de thèmes (les fiers chevaliers, l’amour, la courtoisie, la séparation), peuvent être classés en trois catégories :

– Les chants d’amour, conçus tantôt comme une confession, tantôt comme une plainte. Au prélude de la flûte succède la douleur du poète évoquant les tourments d’une passion non partagée ou la beauté de la femme aimée;

–  La qasida, chant d’inspiration religieuse. Les vers sont chantés a cappella; c’est le dhikr, sorte de psalmodie litanique souvent utilisée dans les confréries soufies;

– Les mélodies à danser ou rahabiya. L’abendaïr, instrument de base suivant un rythme qui ne cesse de croître, endiable la danse.

Crédit Photo : Günter Vicente.

BIOGRAPHIES

Houria AÏCHI :
C’est dans la cour de sa maison natale à Batna, qu’Houria AÏCHI est née au chant. Dans les montagnes berbères, aux portes du Sahara, les femmes se réunissent souvent pour des chants collectifs, et Houria enfant, court de maison en maison se joindre à elles.
Elève brillante, encouragée par ses parents, Houria AÏCHI a suivi des études secondaires à Constantine, fréquenté l’université d’Alger et a achevé sa formation universitaire de sociologie à la Sorbonne à Paris.
Elle n’a jamais cessé de chanter durant toutes ses études pour son propre plaisir et pour le plaisir de ses amis, jusqu’à sa rencontre avec des professionnels de la scène qui l’ont prise sous leur aile.
Houria a entrepris depuis, un travail de collectage de poésies populaires chantées de l’Aurès qu’elle interprète dans le monde entier.
Les deux artistes se sont rencontrés à Paris et portent haut les couleurs du Chant berbère de l’Aurès.

" La voix de Houria est à la chanson algérienne ce que les yeux d'Elsa sont à la poésie française : une symbole de pureté et d'éloquence.

Pureté du timbre, avec des fulgurances dans l'inflexion qui caractérisent les voix du terroir et ajoutent à leur tessiture.

A l'éloquence vocale, Houria Aïchi oppose dans sa gestuelle, sur scène, une sobrité instinctive."

S.G dans " Magazine des spectacles de l'Institut du monde arabe".

"Cette année 2010, le Festival international du film des femmes de Créteil a retenu le principe de rendre hommage aux femmes africaines qui ont su mettre leur talent et leur " voix" au service de leur peuple. Pour l'Algérie, c'est l'artiste aurésienne Houria Aïchi qui a été choisie pour figurer parmi les 7 dames méritant de recevoir un hommage, auquel s'est associé l'Institut national de l'audiovisuel de France (INA)".

" El Watan ", quotidien algérien.

Saïd NISSIA :
Travailleur immigré depuis 1958, Saïd Nissia n’a rien perdu des secrets des flûtes qu’il utilisait lorsqu’il était berger dans sa Kabylie natale.
Il a appris grâce à son talent et à sa sensibilité à jouer de toutes les flûtes arabo-berbères ( gasba, jawaq, nay …).

> EXTRAIT VIDÉO

> FICHE TECHNIQUE

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

MILENA JELIAZKOVA & L’IMMOBILE VOYAGE

✦ Milena JELIAZKOVA – Shadi FATHI – Isabelle COURROY ✦
// PROJET EN CREATION //

PROPOS ARTISTIQUE

L’immobile voyage…

De quel voyage, mot ou verbe, l’oxymore parle-t-il ? S’agit il de l’immobilité d’un voyage ou d’une immobilité qui serait elle-même en train de voyager? Il y a plus de vingt ans, Isabelle Courroy entamait dans les Balkans un périple à la recherche des modes de jeu des kavals, ces flûtes au nom turc jouées de l’Europe Orientale a l’Anatolie. Sa rencontre avec Shadi Fathi, persane, a provoqué la naissance du projet L’Immobile voyage. Milena Jeliazkova, chanteuse bulgare arméno-macédonienne, se joint au duo instrumental pour y apporter par sa voix les chants de ses origines affirmées. Intimité et altérite déclinent toutes leurs subtiles puissances dans l’inouï de cette rencontre féminine. Milena Jeliazkova, Shadi Fathi et Isabelle Courroy sont chacune porteuse d’un répertoire instrumental et mélodique ancestral. Semblant tout droit sortis des miniatures persanes, les sons de la setar, du zarb ou du daf rejoignent le souffle onirique des flûtes des bergers de Thrace et d’Anatolie, le tout magnifié plus encore par la voix traditionnelle. Le répertoire de l’ensemble Milena Jeliazkova & l’immobile voyage se plaît a circuler librement entre tradition et création, improvisation et écriture.

> DOSSIER DE PRESSE

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

DE CORDOUE A TLEMCEN

✦ Fouad DIDI & l’orchestre TARAB ✦

PROPOS ARTISTIQUE

L’ensemble TARAB s’est engagé dans une réappropriation et une diffusion du patrimoine Arabo-Andalou. Spécialisé dans l’exécution du répertoire classique dans le respect de la tradition arabo-andalouse ancestrale transmise par voie orale, il ne délaisse pas pour autant le répertoire très apprécié du Hawzi et du Chaâbi en passant par le Melhoun.

> EXTRAITS AUDIO

> DOSSIER DE PRESSE

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

DUO LUZI NASCIMENTO

✦ Claire LUZI – Cristiano NASCIMENTO ✦

PROPOS ARTISTIQUE GENERAL

Dix années d’action, et le double de passion. Le goût de la tradition ancré dans un univers résolument contemporain. L’expression de cultures empreintes de la transmission orale sud américaine, trouvant place et échos au cœur du territoire provençal.

La Roda est ainsi née, fruit de rencontres et d’échanges d’inspiration franco-brésilienne, entrant dans la ronde d’une danse frénétique menant à l’aboutissement de compositions hybrides et originales.

Claire Luzi et Cristiano Nascimento, auteurs, compositeurs et interprètes nous offrent au travers de leur musique le témoignage d’une créativité d’inspiration multiple, enrichie par une complicité artistique sensible et surprenante. Cette dualité de référence culturelle fait ressortir l’expression d’une mixité qui leur est propre et qui va du répertoire populaire Corse au «merengue» du Venezuela.

Les représentations publiques sont une véritable invitation au voyage, en partance ici pour le Brésil à travers la découverte de sa musique traditionnelle.

Outre les concerts, c’est par passion de la transmission que Claire et Cristiano ont initié des ateliers et stages de pratique artistique et de sensibilisation à la culture brésilienne. Que ce soit pour des établissements scolaires, des maisons de retraite ou des établissements pénitentiaires, c’est avec la même envie que le duo fait vivre la tradition brésilienne dans le paysage culturel français.

> EXTRAIT VIDÉO

> REVUE DE PRESSE

> FICHE TECHNIQUE

BOUM MON BOEUF (TOUS PUBLICS DèS 5 ANS)

> Création 2018/2019 <

Une mandoline et une guitare qui font le bœuf, des chansons originales, un bœuf enchanté du Brésil, une mélodie nostalgique de Darius Milhaud, un bœuf sur un toit, une samba carnaval, voici les ingrédients de ce spectacle musical !

Claire Luzi et Cristiano Nascimento, invitent petits et grands à la découverte d’une curieuse histoire bovine qui relie le passé, le présent, la France et le Brésil, la musique classique avec la musique populaire, tout en nourrissant l’imaginaire avec humour et poésie ….

> EXTRAITS VIDEO

> DOSSIER ARTISTIQUE

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

LE SOUFFLE DES ROSES

✦ Françoise ATLAN & Shadi FATHI ✦

PROPOS ARTISTIQUE

« … Les deux immenses musiciennes Françoise Atlan et Shadi Fathi, pour la première fois réunies sur un même projet, offraient un délicat mélange de morceaux choisis où nostalgie d’Al Andaluz, poèmes persans, mélodies des trobairizt et extases d’Hildegarde Von Bingen croisent leur univers.  Quelques accords du shourangiz de Shadi Fathi, puis la voix nue de Françoise Atlan s’élève. Temps en épure où les histoires éclosent du phrasé sobre, et les modulations, loin d’être de futiles ornements, ajoutent au sens. […] La musique porte les marques du souvenir, recueil précieux d’émotions qui ont été. Les attaques et les tremolos du shourangiz semblent préfigurer celles qui caractériseront la guitare flamenca… héritages qui se mêlent, se fondent, et livrent de nouvelles gemmes. La joie se décline avec enthousiasme, s’enchaîne en un même souffle, que rythment les percussions, tambourin, bendir… Les deux musiciennes, complices, évoquent les tourments d’amours que le chant apaise, le mécontentement des « sages » qui voudraient voir l’amoureux quitter le chemin de la taverne… […] L’être se voit en proie à quelque chose qui le dépasse, et le thème ressassé, envoûtant, jouant entre demis et quarts de ton, bruit avec une intensité bouleversante, la voix de l’instrumentiste rejoint celle de la chanteuse. […] Si la douceur pouvait un jour réinventer le monde, elle aurait sans doute ces accents. »

MARYVONNE COLOMBANI, Octobre 2018

> DOSSIER DE PRESSE

> EXTRAITS VIDEO

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr

« TARANA » – DANSE KATHAK

✦ Maitryee MAHATMA – Nabankur BHATTACHARYA – Madhubanti SARKAR – Nazar KHAN  

PROPOS ARTISTIQUE

Tarana

Pour les nostalgiques de l’Inde et du temps où dans les darbars (cours royales) des Maharajas, au coucher du soleil, les palais somptueux s’enivraient de chant et de musique… voici l’occasion de retourner dans ce passé magique et mystérieux !

Avec le spectacle « Tarana », le groupe « Jhankar » déploie sur scène toutes les facettes de la danse Kathak, danse classique du Nord de l’Inde.

Le terme « kathak » se dérive du mot « kathaa », qui signife « une histoire » en sanskrit, Kathak étant « celui qui raconte ». Cette danse vous présente le monde magique des dieux et des héros hindous. L’autre facette de ce spectacle est la beauté pure du corps en mouvement. Le Kathak vous enchante par ses mouvements de poignets souples et gracieux, ses frappes de pieds dynamique et ses jeux de rythme poignants, ses pirouettes virevoltantes et ses soudains éclats de figement extatique.

Ces éclats de silence laissent transparaître une dimension nouvelle : l’élégance, la grâce et le corps lui-même se transforment en prière.

La danse devient ainsi une passerelle vers le spirituel.

> EXTRAIT VIDEO

> DOSSIER DE PRESSE

CONTACT

Johanna AUCLAIR /

IIMM (Institut International des Musiques du Monde)

johanna.auclair@iimm.fr / +33 (0)4 42 04 37 73

www.iimm.fr