D. MANDAKHJARGAL & J. CURTET

Objectif

S’initier et se perfectionner :
• À la Vièle à tête de Cheval (Morin Khuur) de Mongolie,
• Aux différentes techniques instrumentales,
• À l’accompagnement du chant diphonique (khöömii), de gorge ou autre

Contenu général

Le morin khuur est l’instrument ancestral et emblématique des Mongols. Cette vièle à deux cordes frottées, dont la sonorité se rapproche de celle d’un violoncelle, étonne grâce à son manche surmonté d’une tête de cheval sculptée. Son répertoire est des plus vaste, allant des airs traditionnels pour accompagner le chant, aux rythmes de danse, en passant par des pièces solistes simples ou virtuoses appelées tatlaga. Si son jeu retrace l’allure des animaux, comme celle du cheval ou du chameau, ses résonnances subtiles rappellent l’immensité des steppes. Son usage moderne et contemporain se retrouve dans des créations en tous genres, notamment dans la musique classique ou le courant ethno-rock.

La démarche de Mandakhjargal est ancrée dans une tradition familiale du désert de Gobi et enrichie au contact de nombreuses expériences de créations, en musique traditionnelle, classique ou expérimentale.

Pour découvrir la pratique de la vièle cheval simplement, que l’on sache manier un archet ou non, il proposera :
• des exercices adaptés aux novices comme aux musiciens confirmés.
• l’apprentissage des fondements techniques
• des pistes de travail seront explorées pour comprendre comment accompagner le chant, qu’il soit diphonique, de gorge, ou autre.

Assisté de Johanni Curtet, en complément des enseignements de chant diphonique mongol ouverts en cursus depuis un an, ce nouvel atelier permettra d’ouvrir une perspective institutionnelle dans l’enseignement du morin khuur en France, jusqu’ici resté peu connu et transmis dans la sphère privée.

Conditions de participation

Tous publics, aucun pré requis de base (à partir de 18 ans).

INSCRIVEZ-VOUS SANS PLUS TARDER
>> FORMULAIRE D’INSCRIPTION <<
>> TARIFS ET MODALITÉS D’INSCRIPTION <<
>> VOS POSSIBILITÉS DE PRISE EN CHARGE <<

EXTRAITS VIDÉOS

 

Biographies

Mandakhjargal DAANSUREN 
Mandakhjargal est né le 19 mai 1992 dans le village de Luus, dans la région de Dundgobi en Mongolie. Dès l’âge de 9 ans, il apprend à jouer du morin khuur (vièle cheval ou dite « à tête de cheval ») auprès de son père, musicien et luthier. Il grandit dans le désert de Gobi au sein d’une grande famille de musiciens. En 2010, il termine ses études à l’université de Soyol (Culture) en tant que joueur et professeur de morin khuur. Il apprend également toutes les techniques du khöömii et chant de gorge et maîtrise aussi la flûte tsuur et la guimbarde. Dès la fin 2010, en s’installant en France, il commence à promouvoir la musique traditionnelle mongole en Europe. Il se produit en concert avec différents partenaires artistiques, notamment Argusan, Duo Gobi Rhapsodie, Uvidas, Mathias Duplessy et les Violons du monde, Sakhius, Yidjam. Il sort son premier album solo en mai 2016 et l’album de son nouvel ensemble, Argusan, en 2021.

Johanni CURTET
Johanni Curtet est musicien, ethnomusicologue, pédagogue du chant diphonique et producteur. Formé d’abord par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui vient de D. Tserendavaa dans les steppes de l’Altaï, et B. Odsüren à l’Université des arts et de la culture d’Oulan-Bator. Il enseigne le khöömii pour la Philharmonie de Paris, l’Université Rennes 2, Le Pont Supérieur, DROM ; dans des festivals comme Les Suds à Arles, Les Orientales, pour des musiciens professionnels (Camille), le réseau associatif en pratique amateur, et récemment aux États-Unis dans des universités de la côte est. En dehors de son trio principal, Meïkhâneh, il a joué avec Voix du Sahel (C. Zekri, Y. Moumouni…) ; en trio avec Tserendavaa & Tsogtgerel, dans Urbi&Orbi de Pierrick Lefranc (avec X. Dessandre Navarre, J. Florent, S. Bernardo, J.-B. Henry) ou encore dans l’Opéra électrique Èves futures d’Alain Basso (avec É. Trémolière, L. Tejeda…). En tant que chercheur, il est vacataire et rattaché à l’Université Rennes 2. En 2010, il a participé à l’inscription du khöömii mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO.

En savoir plus :
http://www.ethnomusicologie.fr/la-sfe/annuaire/userprofile/jcurtet
http://www.routesnomades.fr/
http://www.meikhaneh.com/

Textes : Mandakhjargal Daansuren et Johanni Curtet
Copyright photos : © Sébastien Cambon