SHADI FATHI

Objectif

S’initier au monde poétique sufie et musical du kurdistan d’Iran à travers la découverte et la technique des rythmes majeures kurdes attachés au chant qui marque cette tradition, au travers la pratique du daf.

Contenu général 

  • Découverte et l’approfondissement des principaux rythmes kurdes liés au chant, utilisés particulièrement dans la confrérie Ghâdériyeh du kurdistan d’Iran (lignée de maître Khalifeh-Mirza-Agha-Ghowssi)
  • Travail sur les différentes techniques et frappes
  • Travail sur des poèmes de Hafez et de Mowlânâ Rûmi, accompagné par l’ensemble des daf, pour mieux comprendre le lien étroit entre le rythme et la parole dans cette tradition

Conditions de participation

Il est ouvert à des percussionnistes de tout niveau, à partir de 15 ans. Aucun prêt d’instrument n’est possible pendant la durée du stage, chaque stagiaire est donc prié de venir avec son propre daf ou de s’en procurer un avant le stage.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

Biographie

De famille kurde, Shadi Fathi perpétue l’héritage millénaire de la musique classique persane par une expérience de concertiste au long cours et par un lumineux sens de l’improvisation.

Disciple du grand maître Dariush Talaï, elle maîtrise également les instruments à cordes traditionnels et fait vibrer sa sensibilité sur des percussions digitales comme le zarb ou plus particulièrement le daf, avec un style de jeu dans la lignée de la confrérie Ghâderiyeh du Kurdistan Iranien.

Installée en France depuis 2002 et retournant régulièrement en Iran, Shadi confronte dès lors sa musicalité fleurie aux esthétiques européennes et méditerranéennes, multipliant les collaborations sur disques et sur scène.

Elle a encadré plusieurs stages de musique iranienne et de percussions kurde en France et en Suisse. Avec ces inspirations tutélaires, elle tisse ce fil ténu qui, d’un trait, d’un mot, d’un regard ou d’une note, transperce la beauté et contient dans l’infini détail la puissance de l’universalité. Sa musique navigue dans ses sources vives, de celles qui, fidèles à la poésie soufie, permettent de voir le monde dans une goutte d’eau.

Source photo : Muriel Despiau