Johanni CURTET & Ösökhjargal Pürevsüren

Information importante : la venue de la diphoneuse se fera sous réserve de sa possibilité à venir en France malgré les restrictions sanitaires. Quelque soit la situation, la master class sera assurée par Johanni Curtet, nous vous en tiendrons informés. Merci de votre compréhension.

Objectif

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une seule voix ? Un khöömiich (diphoneur ou diphoneuse mongol(e)) peut, à lui ou elle seul(e), émettre un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques entourée de diverses résonances. Cette acrobatie de la voix semble virtuose, mais elle est accessible à tous si on nous en donne les clés. N’importe qui peut être initié au chant diphonique (khöömii).

Pour aborder la technique du khöömii dans sa globalité et sa diversité, Johanni Curtet sera accompagné par la soliste mongole Ösökhjargal Pürevsüren (ensembles Khukh Mongol et Hatan). Ils apporteront au cours du stage des éléments théoriques et pratiques propres à leurs démarches complémentaires : à la fois ethnomusicologique pour l’un et au plus proche de la tradition mongole pour l’autre.

Avec cette méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de développer l’art du khöömii sérieusement, en restant au plus près de la pratique traditionnelle.

Conditions de participation

  • Tous publics, aucun pré-requis de base (à partir de 18 ans).

INSCRIVEZ-VOUS SANS PLUS TARDER
>> FORMULAIRE D’INSCRIPTION <<
>> TARIFS ET MODALITÉS D’INSCRIPTION <<

Biographies

Johanni Curtet est musicien, ethnomusicologue, pédagogue du chant diphonique et producteur. Formé d’abord par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui vient de D. Tserendavaa dans les steppes de l’Altaï, et B. Odsüren à l’Université des arts et de la culture d’Oulan-Bator. Il enseigne le khöömii pour la Philharmonie de Paris, l’Université Rennes 2, Le Pont Supérieur, DROM ; dans des festivals comme Les Suds à Arles, Les Orientales, pour des musiciens professionnels (Camille), le réseau associatif en pratique amateur, et récemment aux États-Unis dans des universités de la côte est. En dehors de son trio principal, Meïkhâneh, il a joué avec Voix du Sahel (C. Zekri, Y. Moumouni…) ; en trio avec Tserendavaa & Tsogtgerel, dans Urbi&Orbi de Pierrick Lefranc (avec X. Dessandre Navarre, J. Florent, S. Bernardo, J.-B. Henry) ou encore dans l’Opéra électrique Èves futures d’Alain Basso (avec É. Trémolière, L. Tejeda…). En tant que chercheur, il est vacataire et rattaché à l’Université Rennes 2. En 2010, il a participé à l’inscription du khöömii mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO.

Ösökhjargal est née en 1973 à Oulan-Bator en Mongolie. Elle apprend le khöömii avec B. Odsüren et devient sa deuxième élève féminine. Diphoneuse professionnelle résidant en Allemagne, elle est la seule femme mongole à représenter le khöömii en Europe. Depuis 2001 avec l’ensemble Khukh Mongol, et plus récemment avec son nouvel ensemble 100% féminin Hatan, elle joue dans le monde entier. Elle maîtrise plusieurs styles : isgeree khöömii (khöömii sifflé), kharkhiraa khöömii (khöömii profond), isgereetei kharkhiraa (khöömii profond sifflé), khamryn khöömii (khöömii nasalisé), et joue les luths tovshuur et dombra ainsi que la guimbarde.

Discographie :

  • Best of Khukh Mongol Folk Art Ensemble (autoproduction)
  • Khukh Mongol, Minii nutag (LC 12455, 2004, 5Special)
  • Khukh Mongol, Chinggis Khaan (autoproduction, 2002, Allemagne)
  • Une Anthologie du khöömii mongol, (2017, Buda Musique/Routes Nomades)

Filmographie : Voyage en Diphonie, de J.-F. Castell (2018, Les Films du rocher)

En savoir plus :

Textes : Johanni Curtet
Copyright photos : © Sh. Nomindari / Ts. Otgonbaatar