JÉRÉMIE ABT

OBJECTIF

Le gamelan Gong Kebyar est un ensemble instrumental traditionnel balinais composé de métallophones en bronze ou en fer, de gongs, de flûtes et de tambours joué par un groupe constitué d’une vingtaine de musiciens. C’est un instrument collectif, une entité indivisible et unique, tous les éléments qui le composent ont été accordés ensembles par un même pande (facteur). Créé au début du XXème en réunissant des éléments d’anciens gamelans, il est le plus polyvalent, pouvant jouer tous les répertoires de cour, rituels, ou de divertissement. Les danses que le gamelan accompagne s’inspirent le plus souvent des grandes épopées hindouistes Mahâbhârata et Ramayana, des légendes javanaises de Panji et des chroniques royales balinaises babad. Il y a plus de 1500 gamelans sur Bali, tous répondant à la demande constante de l’activité quotidienne -rituelle ou non- sur la petite île hindouiste. Les groupes sont constitués des membres d’une même communauté villageoise ou bien de plusieurs villages différents. La transmission orale et collective de l’instrument et une technique instrumentale réduite permettent une pratique immédiate par tous, musiciens débutants ou expérimentés. Par la coordination exigée de ses membres, l’organisation déductive de la musique, l’interdépendance des différentes parties jouées, la complémentarité des sons, les membres d’un gamelan font l’expérience du « corps collectif ». La musique de Bali est virtuose, véloce et contrastée dans ses variations vertigineuses de vitesses, de débits et de dynamiques. C’est l’art des nuances, des attaques, des résonances et de la coordination; Une de ses caractéristiques importantes est celle du hoquet, ou de l’entrelacement de deux parties musicales distinctes pour former une seule mélodie (connue à Bali sous le nom de kotekan), qui a atteint à Bali à un niveau de complexité sans précédent ailleurs dans le monde.

CONTENU GÉNÉRAL

Technique instrumentale du gamelan : postures, étouffements des lames, tenue des différents panggul (marteaux), sons et techniques de jeu.
• Facture de l’instrument: les différents Ricik (éléments), dispositions du gamelan, les modes Pelog et slendro.
Outils de transmission orale: lexique des termes musicaux, vocalisation des notes / mélodies / rythmes, gestes de direction, déduction des parties.
• Les différents types de kotekan (entrelacement de mélodies): construction, variations, applications, ornements.
Architecture de la musique de gamelan: fonctionnement des strates, textures, fonctions des Ricik
• Répertoires instrumentaux et dansés
Réalisation d’un Gilak, musique rituelle et d’un balaganjur, musique de procession martiale déambulatoire.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Stage ouvert à tous, sans pré-requis, à partir de 14 ans. Le gamelan permet d’associer des niveaux très différents, selon les postes occupés.

> INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT <

BIOGRAPHIE

Jérémie Abt intègre la classe de percussion du CRR de Rueil-Malmaison, dans laquelle il découvre et explore le répertoire contemporain et le théâtre musical, sous la conduite d’Eve Payeur. Un puissant attrait pour les musiques traditionnelles l’amène a étudier le zarb, tambour iranien, avec le trio Chémirani, ainsi que le gamelan Gong kebyar, ensemble de percussions de Bali, ou il séjourne régulièrement.

Ses activités diverses reflètent l’éclectisme de son parcours : Il collabore régulièrement avec Eclats, compagnie de musique contemporaine pour le jeune public, l’ensemble de musique contemporaine Cbarré, Nicolas Frize, le choeur contemporain Musicatreize, le percussionniste Wassim Halal.

Sa passion pour le zarb iranien s’épanouit dans des contextes toujours différents, tel que le théâtre musical avec Braz Bazar, le duo qu’il forme avec le percussionniste Bastian Pfefferli, l’improvisation avec la comédienne Sonia Masson, et le trio NIM.

Son intérêt grandissant pour les musiques de Bali l’amène à co-fonder le groupe de gamelan Puspawarna à l’ambassade d’Indonésie à Paris, ainsi qu’à diriger celui de Marseille, Bintang Tiga, celui de l’association Orfeo à Voiron, Sekar Sandat, et à animer des formations gamelan à la Philharmonie de Paris.